Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Assemblée nationale: 6 députés saisissent Niasse pour demander l’arrêt des poursuites de leurs collègues



Assemblée nationale: 6 députés saisissent Niasse pour demander l’arrêt des poursuites de leurs collègues
Les députés Théodore Cherif Monteil, Marieme Soda Ndiaye, Marie Saw Ndiaye, Toussaint Manga, Oulimata Guiro, Aissatou Mbodji ont saisi le président de l’Assemblée nationale pour l’arrêt des poursuites engagées de leurs collègues.

« Conformément aux articles 51 et 52 de la Loi organique portant Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, nous avons saisi, ce Vendredi 24 Juin 2022, le Président Moustapha Niasse pour demander l’arrêt des poursuites engagées contre les Députés Mame Diarra FAM, Déthié FALL et Cheikh Abdou MBACKÉ », lit-on dans un communiqué parvenu à PressAfrik.
 
Les députés signataires d'ajouter: « Nous considérons, en effet, que nos deux collègues Mame Diarra FAM et Déthié FALL ont été illégalement arrêtés ».

Les parlementaires estiment que la justice a outrepassé ses pouvoirs en arrêtant Cheikh Abdou Mbacké. « S’agissant de notre collègue Cheikh Abdou MBACKE, nous estimons que la justice a outrepassé ses pouvoirs en arrêtant un député sous le régime du flagrant délit, pour ensuite vouloir le poursuivre pour d’autres motifs dans le cadre d’une instruction judiciaire, sans l’autorisation de l’assemblée nationale (Art.51 alinéa 2) ».  
 
Dans le souci de protéger l’Institution parlementaire, les députés invitent le président de l’Assemblée Nationale à prendre toutes « les mesures idoines que lui confère la loi en mettant en place une commission ad hoc tel que stipulé par l’alinéa 1 de l’article 52 du Règlement intérieur de l’Assemblée afin de faire suspendre toutes les poursuites et aussi de faire lever les détentions conformément à l’alinéa 5 de l’article 51 de notre Règlement intérieur ».
 
Par ailleurs, Théodore Cherif Monteil et Cie invitent le Gouvernement du Sénégal à « respecter les libertés individuelles et à garantir à tous les citoyens sénégalais leur droit de manifester et d’exprimer leur opinion conformément à la Constitution ».
 

Moussa Ndongo

Samedi 25 Juin 2022 - 15:21


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter