Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Birmanie: l’UE sanctionne la junte pour la répression sanglante des manifestants



Birmanie: l’UE sanctionne la junte pour la répression sanglante des manifestants
Les 27 ministres des Affaires étrangères, réunis physiquement réunis à Bruxelles ce lundi 22 mars, ont mis à exécution leur menace de sanctionner les responsables birmans de ce qu’ils qualifient désormais officiellement de coup d’État en Birmanie. Ils pointent également du doigt la répression meurtrière des opposants qui se poursuit aujourd’hui, tandis que les Birmans continuent de manifester dans tout le pays.

Au total, dix militaires, parmi les plus hauts gradés de l’armée, se retrouvent désormais sanctionnés, dont l'adjoint de Min Aung Hlaing, Soe Win. La onzième personne sur cette liste est Thein Soe, le nouveau président de la Commission électorale, qui a annulé les élections de 2020.

L’UE les frappe des sanctions classiques : à savoir, l’interdiction de pénétrer sur le territoire européen ou d’y passer en transit. Ces onze responsables birmans voient aussi gelés leurs avoirs éventuellement détenus en Europe. En outre, il est désormais interdit à toute personne ou entité européenne de leur fournir des fonds.

Une réponse ferme, selon l’UE, à la répression brutale de la junte contre des manifestants pacifiques. Les violences atteignent un niveau « absolument inacceptable », a estimé le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas. Les Européens soulignent que ces sanctions portent au total à 25, le nombre de Birmans sanctionnés nommément, en comptant les responsables des atrocités commises contre les Rohingyas.

Ceci s’ajoute aussi à l’embargo sur les armes et les équipements de surveillance des communications toujours en place et à la suspension de toutes les aides financières destinées au gouvernement birman. En Birmanie, les connexions internet mobiles sont coupées ainsi que plusieurs réseaux wifi et seuls les journaux d’État sont actuellement disponibles. Les médias locaux indépendants, dont Mizzima, ont vu leurs licences révoquées.

Les opposants au coup d'État ont décidé de manifester de jour, mais aussi de nuit, nouveau défi à la répression. Huit personnes ont été tuées dimanche et une cinquantaine de personnes blessées dans cette ville, a indiqué à l'AFP une source médicale.

Rfi

Lundi 22 Mars 2021 - 12:19


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter