Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Brésil: pas de troisième mandat pour Lula

Le tribunal électoral a invalidé vendredi 31 août la candidature de l'ancien président qui purge depuis avril une peine de douze ans de prison pour corruption. Election présidentielle dont il était pourtant le grand favori.



L’ancien président a perdu la partie. Au terme d’une session marathon qui s’est prolongée dans la nuit, le Tribunal supérieur électoral (TSE) a finalement rejeté sa candidature à la présidentielle d’octobre. Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, emprisonné pour corruption et blanchiment d'argent, ne pourra pas une troisième fois briguer la présidence.
Score serré
Le score fut serré : quatre juges sur sept ont décidé d'invalider la candidature. Ses avocats ont pourtant invoqué une déclaration récente du comité des droits de l’homme de l’ONU, qui a réclamé le rétablissement de ses droits politiques, en dépit de sa condamnation pour corruption et blanchiment d’argent. Mais la majorité a finalement penché en faveur de l’accusation.
 
 
Lula est en prison depuis près de cinq mois, mais il demeure en tête des sondages. Il était crédité dans les enquêtes d'opinion de 39% des intentions de vote des Brésiliens, huit ans après son départ avec un taux de popularité record.
« Acte de violence »
Il peut encore faire appel de la décision de la cour, mais le verdict s’applique immédiatement. Son colistier Fernando Haddad va maintenant le remplacer pour devenir le candidat officiel du parti des Travailleurs, mais il est loin d’avoir le charisme de l’ancien président.
Le parti des Travailleurs de Lula a publié un communiqué qui évoque « un acte de violence » contre le chef de file de la gauche brésilienne. Le PT affirme qu’il « continuera à lutter par tous les moyens pour garantir sa candidature ». Le parti va faire appel, mais la condamnation est applicable immédiatement, et les vidéos Lula ne pourront pas apparaître durant la campagne électorale de son remplaçant.
L’ancienne ministre de Lula, Marina Silva, a été la première candidate a réagir à la décision du Tribunal : elle prend acte de cette décision, en affirmant que le processus électoral pourra maintenant suivre son cours.

rfi.fr

Samedi 1 Septembre 2018 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter