PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Choc Real Madrid-PSG: Zinedine Zidane et Unai Emery face à leur destin

A deux jours du choc tant attendu entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain, les deux coachs sont mis face à leur destin. Pendant que Zinédine traverse une période un peu difficile avec le club de la capitale espagnole, Unai Emery joue peut-être sa dernière chance sur le banc parisien, après l'échec cuisant en Ligue des champions l'année dernière, face au Barça (4-0 et 1-6). Il ne peut pas se payer le luxe de se faire éliminer à ce stade de la compétition après tous les investissements opérés par les Qataris lors du mercato estival.




Pour la première fois depuis 2013, il a placé le PSG aux avant-postes. Menés par leurs trois triples à prix d'or, le PSG a réussi à surmonter le défi du Bayern Munich pour remporter le Groupe B, une position qui signifiait certainement qu'ils éviteraient les grands garçons. Mais ce ne devait pas être.

Madrid a trébuché sur les étapes du groupe en deuxième place et a atterri devant la Ligue des champions du PSG poursuivant un mastodonte. Emery a essayé de contourner la réalité, décrivant le sort de son équipe comme un "bon tirage". Mais il sait autant que quiconque que le résultat contre le Real aura de sérieuses ramifications sur son avenir.

L'histoire est la même pour son homologue, Zinedine Zidane. Emplois en jeu Les emplois de Zidane et d'Emery devraient être sérieusement pris en considération s'ils devaient flancher lors de cette ronde de 16 matches. Leurs circonstances ne pourraient pas être plus différentes; Le Real Madrid flambe au niveau national, à 17 points de Barcelone et hors de la Copa del Rey, alors que le PSG est toujours en course pour un autre triplé national.

Mais les saisons des deux clubs reposent sur le succès européen et, avec lui, sur le sort de leurs dirigeants. Il est remarquable que Zidane soit un homme sous pression. Après avoir amené La Décima au Bernabeu, et ensuite avoir conservé le trophée, on pourrait penser qu'il mérite une certaine impunité. Mais le Real Madrid n'est pas un club ordinaire. Le séjour actuel de Zidane est anormal, et il se sent au mieux précaire. Zinedine Zidane est sous pression. Photo par Gonzalo Arroyo Moreno / Getty Images. Les Real se sont retrouvés tous à l'extérieur de la course au titre à Noël, perdant des points dans des clubs tels que Levante, Betis et Girona. Ils se retrouvent actuellement à la quatrième place, un point derrière Valence, et 10 derrière l'Atletico. Leur effondrement dans la ligue a surpris beaucoup de gens.

Ils conservent le même personnel qui a triomphé deux fois sur la plus grande scène d'Europe, mais ils ont eu du mal à se démarquer de leurs adversaires, Cristiano Ronaldo, normalement impitoyable devant le but, ne retrouvant le but qu'à quatre reprises dans les 14 matches de La Liga. Mais le succès passé de Zidane en Europe l'a maintenu dans son poste. Après avoir battu la Copa Del Rey le mois dernier, grâce à une défaite ignominieuse à domicile face à Leganes, le club madrilène, la Champions League est la seule compétition qu'ils peuvent gagner.

Rester dedans, alors, est essentiel, s'il doit continuer à décourager la hache déjà aéroportée de Florentino Perez. Emery, quant à lui, a eu le spectre de la Faucheur qui plane sur lui depuis cette étape de la Ligue des Champions la saison dernière.

Ce jour-là, il a supervisé le plus grand effondrement de l'histoire de la compétition, alors que le PSG a perdu une avance de 4-0 en battant 6-1 dans le camp de Nou. Il s'accrochait à son travail, à la peau de ses dents. L'été dernier, le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, a déclaré qu'il aiderait la cause de son manager en lui donnant les joueurs qui l'ont gêné en Europe et à domicile, à Neymar de Barcelone et Kylian Mbappe de Monaco. Les signatures de grosses sommes d'argent sont devenues un fardeau Mais plutôt qu'une bénédiction, ces signatures sont devenues un fardeau pour l'Espagnol, car elles symbolisent le plus grand désir de son employeur: lever le trophée de la Ligue des Champions. Emery le sait.

Le succès européen a été la seule raison pour laquelle ils l'ont embauché après son remarquable triplé Europa League avec Séville.

Les honneurs domestiques sont maintenant sans importance pour le club français. Le fait que le PSG se soit montré capable de mettre Barcelone à l'épée a suffi à persuader la hiérarchie parisienne qu'Emery méritait une nouvelle chance, même s'ils ont cédé le titre de Ligue 1 à une équipe monégasque plus vibrante et excitante. Mais après avoir déboursé 198 millions de livres sterling pour le Neymar et 166 millions de dollars attendus pour Mbappe,  il a, pour le leadership du club au moins, reçu la main la plus forte à sa disposition.
Ses paris doivent maintenant donner un retour. Quand le Paris Saint-Germain sera sur le terrain mercredi soir à Bernabeu, il y aura plus d'enjeu qu'un simple affrontement entre l'argent ancien et l'argent neuf. Pour leurs gestionnaires au moins, il pourrait bien être un combat pour la survie.


Mardi 13 Février 2018 - 14:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter