PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Contribution : Pour une vérité des faits (Par Dr. Serigne Ababacar Cissé Ba)



En ma qualité d´enseignant-chercheur, admis sur concours dans une université publique fédérale brésilienne après y avoir réalisé mes études supérieures et doté d´une assez longue expérience dans ce pays, je me retrouve dans le devoir de rétablir quelques vérités sur ce qui se passe au Brésil, frappé ces temps derniers par des assassinats violents inexplicables qui secouent la communauté sénégalaise sur place (presque une dizaine ces deux dernières années) et qui suscitent bien des réactions dans les réseaux sociaux condamnant á tort la représentation diplomatique et/ou d´autres autorités étatiques.

D´abord, rappelons que la représentation diplomatique á Brasilia n´est pas accréditée á Buenos Aires, ce qui réduirait sa marge de manœuvre en Argentine. Tous savent que nos ambassades, dans tous les pays du monde détiennent des ressources financières limitées pour venir en aide ponctuellement tous les compatriotes nécessiteux. Cependant, force est de reconnaître les efforts consentis par la chancellerie au Brésil et par les associations, dahiras et autres organisations locales pour le bien être de la communauté.

Brève contextualisation de la sécurité au Brésil

Le Brésil comme on le sait, est un pays continental de plus de 200 millions d´habitants, violent où  l´on  compte officiellement, plus de 60.000 morts violentes par an causées par des meurtres divers (Forum Brésilien de la Sécurité Publique, 2017). Un taux annuel d´homicides avoisinant 30 personnes par 100.000 habitants. Donc, cette nation qui peine á garantir la sécurité pour ses propres enfants pourrait difficilement le faire pour d´autres. La crise économique qui a mis au chômage plus de 13 millions d´habitants (équivalent á la population du Portugal) conjuguée á un taux d´analphabétisme très élevé de presque 8% de la population (IBGE, 2017) créent la rencontre de personnes d´un assez bas niveau intellectuel dans le commerce de rue au Brésil où l´on retrouve la majeure partie de nos compatriotes.

Les chiffres avancés ne sont pas loin de ceux d´un pays en guerre. Pour le cas des assassinats de nos compatriotes, il ne s´agit pas de crimes policiers ou de xénophobie, mais des crimes courants dont souffrent aussi les populations locales quotidiennement. Ces assassinats sont devenus un fléau mondial car en dehors du Brésil des compatriotes sont tombés dans le champ de guerre dans d´autres pays comme l´Italie, les Etats unis, le Congo, Haiti, Gabon etc. Le Président de la République en est conscient au point de manifester dans la presse du 01 Août 2018 sa peine ressentie sur les meurtres des sénégalais á l´étranger (Journal Leral.net).  

Profile des sénégalais immigrés au Brésil au court des 10 dernières années

Des études réalisées par des universités brésiliennes démontrent qu´á ce jour on compte des milliers de sénégalais entre le Brésil et l´Argentine. La plupart d´entre eux est entrée clandestinement dans le pays via l´Équateur qui n´exigeait pas de visa d´entrée. Dans ce nombre, la majeure partie n´a fait que l´école coranique avant d´embarquer pour leur premier pays de destination á l'étranger. Avec ce profile, difficilement on parvient á dominer en peu de temps la législation en vigueur dans ce pays immense, á fortiori, ses coutumes et mœurs. Cette partie sud de l´Amérique n´est pas comme l´Europe où certains métiers sont exclusivement réservés aux étrangers. Ici, les brésiliens se bousculent dans les rues et plages avec les étrangers africains et les latinos pour vendre lunettes, casquettes et autres pacotilles. Souvent même, nos compatriotes sont victimes de faits banals qui les conduisent en détention ou á la perte de certains droits, faute de connaître la législation ou même de maitriser la langue. La vente á la sauvette et surtout des produits de contrebande á laquelle s´adonne une bonne partie de nos compatriotes est interdite et punie au Brésil comme dans tous les autres pays. Peu sont ceux qui optent pour signer des contrats dans les firmes avançant l´idée selon laquelle, les rémunérations sont faibles. Avec le faible niveau de qualification prouvée, on ne pourrait pas s´attendre á des salaires faramineux.

De la Nécessité d´une bonne organisation au sein de la communauté

Face á tous ces défis, urge la nécessité d´une meilleure organisation des compatriotes vivant dans cette région du monde, en termes de sensibilisation sur les dangers encourus et comment s´en prévenir pour un mieux être. Au niveau des organisations, il est important d´inviter souvent des avocats qui informent sur les droits et devoirs, voir, á les contracter en cas de besoin pour défendre nos intérêts et d´ouvrir le débat sur d´autres questions pertinentes. La relation avec la représentation diplomatique en termes d´informations et de collaboration s´avère aussi nécessaire, car nos diplomates sont accrédités pour défendre les intérêts des sénégalais et rien d´autres. Il est aussi important de contracter des compagnies d´assurances pour les rapatriements des corps, des malades et des cas urgents de détresse afin de garantir le minimum aux familles des concernés.

Cette bonne organisation va aussi dans le sens de pouvoir bénéficier des programmes et politiques du gouvernement en termes d´appui aux sénégalais de l´extérieur en matière de logement, aides/financements, insertion au retour etc. En plus de ça, les doléances vont dans le sens d´une réouverture urgente d´un consulat général á São Paulo et pourquoi pas la réouverture de l´ambassade á Buenos Aires pour diminuer la souffrance des milliers de sénégalais qui y vivent avec tout ce que cela comporterait comme dépenses aux coffres publiques et bénéfices aux compatriotes de cette région.

Les compatriotes se doivent aussi d´éviter de s´adonner á des pratiques menant á la perte de confiance et de respect de nos hôtes afin de maintenir intacte la bonne image  de notre pays tout en sachant qu´on se trouve dans un pays émergent (huitième économie mondiale) qui regorge d´intenses problèmes et de disparités socioéconomiques même avec tous ces avantages comparatifs.  

Renforcer la relation avec la mission diplomatique locale

Dans aucun pays au monde, les compatriotes ne devraient considérer leur ambassade ou consulat comme ennemi, mais comme étant composé de fonctionnaires publics affectés sur place á leur service. Cette bonne cohabitation commence par une confiance mutuelle basée sur le respect des lois et règlements du pays hôte et aussi du pays d´origine. Un dialogue sincère et inclusif devrait être instauré sous l´égide de la représentation diplomatique qui informe sur ses possibilités réelles d´intervention au sein de la communauté (être toujours á son chevet á l´occasion des événements). L´ambassade doit être “sentie” par les compatriotes. Ceci, dans les limites budgétaires prescrits á celle-ci en termes de frais de mission et autres. Ce qui signifie aussi d´être nos interlocuteurs et fervents défenseurs auprès des  hautes autorités des deux États. Cependant, la représentation a son rôle et les associations aussi ont les leurs qui souvent, peuvent être bel et bien complémentaires.

Manifestement, á chaque meurtre la représentation diplomatique exigent des autorités locales des enquêtes dont les résultats tardent á être connus comme dans plus 90% de cas de meurtres dans ce pays et/ou repassés á la communauté.

 

Le rôle prépondérant de l´ambassade

Comme souligné  en haut, notre Ambassadeur actuelle, en plus du Brésil est accréditée au Chili, au Pérou et au Venezuela. En plus des services consulaires, le personnel de l´ambassade s´active dans l´établissement des documents officiels, la signature des accords de partenariats établis durant les commissions mixtes et en préparent de nouveaux selon les intérêts des deux pays ou des compatriotes établis au Brésil ou dans les pays servis. Certaines négociations dans le respect des lois locales peuvent être initiées sur demande, mais en grosso modo, tout tourne autour des intérêts des deux pays. Dans ces circonstances, rien ne justifierait un manque de dialogue et de partenariat entre l´ambassade et les compatriotes.

La question des notes verbales qui permettraient aux porteurs de passeports diplomatiques d´entrer en Argentine pour leurs activités souvent attribuée á l´ambassade est une grande équivoque dans la mesure où le Sénégal est représenté par l´ambassade de l´Argentine á Abuja où les visas d´entrée sont délivrés. Même n’y étant pas accrédité, avec les notes verbales détenues par ces autorités, l´ambassade saisit toujours le Ministère des Affaires Etrangères argentin pour l´octroi des visas d´entrée dans le cadre d´une courtoisie diplomatique qui peut souvent prendre du temps.

Osons avancer quelques pistes de solutions

Appelés à vivre avec cette réalité de violence dans ce pays, il ne reste plus qu´ensemble avec la représentation diplomatique de renforcer les campagnes de sensibilisation de compatriotes. Que les organisations communautaires comme Dahiras et associations puissent au delà des questions uniquement religieuses, inclure durant leurs rencontres, des programmes de formation et d´information. Qu´un appel soit lancé aux autorités locales dans le cadre de séances de workshops, de conversations et de partenariats dés l´instant qu´une bonne partie de nos compatriotes se trouve actuellement en situation régulière jouissant de tous les droits que leur confère la nouvelle loi de l´immigration. S´associer aux organisations locales de protection des droits de l´homme et des minorités pour le renforcement des luttes contre les injustices et d´un traitement égalitaire. Que des efforts soient déployés par les autorités sénégalaises dans le but de conscientiser les candidats á l´émigration des réalités souvent cachées par les vendeurs d´illusion et de venir en aide ceux qui se trouvent déjà  dans le pays et qui peinent á s´insérer dans le tissu économique ou vivent des situations déplorables. Que les services chargés des émigrés puissent inclure les sénégalaises et sénégalais du Brésil et d´Argentine dans les divers programmes de l´Etat vu que des bureaux de votes seront effectifs aux prochaines échéances. Participer activement aux activités sociales, culturelles et économiques dans nos villes et pays hôtes. Essayer toujours de maintenir  toujours  propre l´image du Sénégal partout á travers le monde.

Par Prof. Dr. Serigne Ababacar Cissé Ba
Enseignant Chercheur á L´Universidade Federal de Goiás - Brésil
 
Reférences
IBGE. Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Atlas da violência, 2017.
Forum Brasileiro de Segurança Pública. Anuário brasileiro de segurança pública, 2017.

Ousmane Demba Kane

Vendredi 10 Août 2018 - 15:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter