Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus dans le monde : nouveaux cas en Chine, carte du monde et bilan aux États-Unis, Espagne…



La pandémie de coronavirus continue de sévir dans le monde avec au total 1 925 571 de personnes contaminées, et 119 718 décès des suites de la maladie. Cependant, certains des pays les plus touchés entrevoient une lueur d'espoir. Après l'Espagne, où "l'hibernation" économique a pris fin, en Italie, les bilans quotidiens sont moins lourds, la France a fixé au 11 mai la date du début du déconfinement, et l'idée que "le pire est passé" fait aussi son chemin aux Etats-Unis. En Chine, alors que le blocage a été levé la semaine dernière à Wuhan, d'où est partie l'épidémie de coronavirus, le pays comptabilise de nouveaux cas de Covid-19 à un niveau jamais atteint depuis plus d'un mois.
 
Les gouvernements du monde entier travaillent sur une stratégie de reprise de l'activité, qui sera forcément graduelle pour éviter une deuxième vague plus mortelle que la première. Si certains pays moins touchés, comme l'Autriche, ont déjà déclenché leur plan de sortie de crise, les pays les plus endeuillés n'en sont pas encore là. Aucun de ces pays, comme les Etats-Unis, l'Italie, l'Espagne ou le Royaume-Uni n'avait encore donné, comme l'a fait la France, une date précise de déconfinement partiel. Dans l'immédiat, l'heure est toujours au confinement, pour lequel les dates sont prolongées dans les différents pays.
 
Il faut être prudent quant à un déconfinement trop rapide. "L'ère de la mondialisation signifie que le risque de réintroduction et de résurgence de Covid-19 va continuer", a ainsi averti le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. L'organisation avait déjà prévenu en fin de semaine qu'une levée prématurée des mesures de confinement pourrait entraîner une "résurgence mortelle" de la pandémie. "Nous savons que le Covid-19 se répand rapidement et nous savons qu'il est mortel : 10 fois plus que le virus responsable de la pandémie de grippe de 2009", a déclaré lundi le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse virtuelle. "Au final, la mise au point et la distribution d'un vaccin sûr et efficace vont être nécessaires pour interrompre totalement la transmission", a-t-il poursuivi.

 
Statistiques du coronavirus au 13/04/2020 au soir
Pays Nombre de cas Nouveaux cas Nombre de morts Nouveaux cas mortels
USA 579,486 +19,186 23,252 +1,147
Spain 169,496 +2,665 17,489 +280
Italy 159,516 +3,153 20,465 +566
France 136,779 +4,188 14,967 +574
Germany 128,208 +354 3,043 +21
UK 88,621 +4,342 11,329 +717
China 82,160 +108 3,341 +2
Iran 73,303 +1,617 4,585 +111
Turkey 61,049 +4,093 1,296 +98
Belgium 30,589 +942 3,903 +303
Netherlands 26,551 +964 2,823 +86
Switzerland 25,688 +273 1,138 +32
Canada 25,552 +1,169 767 +50
Brazil 22,720 +528 1,270 +47
Russia 18,328 +2,558 148 +18
Portugal 16,934 +349 535 +31
Austria 14,041 +96 368 +18
Israel 11,586 +441 116 +13
Sweden 10,948 +465 919 +20
 
Coronavirus en Chine
Alors que le blocage a été levé la semaine dernière à Wuhan, d'où est partie l'épidémie de coronavirus, la Chine comptabilise des nouveaux cas de coronavirus à un niveau jamais atteint depuis plus d'un mois. La majorité de ces personnes contaminées par le Covid-19 reviennent de Russie. Le nombre de nouvelles contaminations est reparti à la hausse. Les autorités chinoises ont annoncé 108 nouveaux cas lundi 13 avril et 89 ces dernières 24h, un chiffre en baisse. Sur les 108 cas déclarés ce lundi, 98 sont " importés ", et sur les 89 de ces dernières 24h, 86 le sont selon la Commission nationale de la santé, la plupart revenait de Russie. Le Heilongjiang, une province dans le nord-est du pays est particulièrement touchée avec 49 Chinois testés positifs, tous de retour de Russie, pays frontalier de cette région chinoise.
 
La ville de Moscou est également touchée par ces nouveaux cas de contamination " importés ". Vendredi dernier, 60 ressortissants chinois, arrivés dans un vol en provenance de Shanghai ont également été testés positifs. Il faut savoir que de nombreux Chinois (environ 160 000) vivent en Russie. Des mesures de fermeture des frontières ont été prises entre les deux pays, dans les deux sens. Si le nombre de cas déclaré continue d'augmenter en Chine, les autorités sanitaires informent qu'aucun décès lié au coronavirus n'est à déplorer ces derniers jours dans le pays.
 
Coronavirus aux USA
Les Etats-Unis sont le pays le plus touché par le coronavirus dans le monde, tant en nombre de cas confirmés que de décès liés au Covid-19, avec au total plus de 580 000 personnes testées positives et plus de 23 000 morts. Cependant, malgré cette situation catastrophique, les USA observent un certain ralentissement, même si on déplore toujours plus de 1 000 décès par jour.
 
Selon le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, " le pire est passé " dans cet état le plus touché par le coronavirus qui a franchi ce lundi la barre des 10 000 décès des suites de la maladie. "Nous sommes en train de contrôler la propagation" du virus, a-t-il déclaré. Il précise tout de même qu'il est important de suivre les mesures de confinement, "le pire est passé si nous continuons à être intelligents", "si nous faisons quelque chose de stupide, vous verrez ces chiffres remonter dès demain". Il envisage donc avec prudence le déconfinement qui devra se faire graduellement, avec dans un premier temps "le redémarrage de certaines activités, en maîtrisant un fragile équilibre".
 
Les Etats-Unis pensent à l'après confinement, avec une réouverture progressive possible des activités économiques en mai, tout en restant très prudent, estime l'expert en chef du gouvernement américain, le docteur Anthony Fauci. La décision de "rouvrir" l'économie du pays sera cruciale,  "la plus importante de ma vie", s'exprime le président américain Donald Trump. Il explique "nous sommes très près d'achever un plan pour ouvrir notre pays", "nous voulons ouvrir notre pays et revenir à une vie normale".
 
Coronavirus en Espagne
L'Espagne est le deuxième pays après les Etats-Unis en nombre de cas de contamination avec plus de 170 000 personnes testées positives au coronavirus, mais aussi le troisième pays dans le monde le plus endeuillé avec au total 17 756 décès liés au Covid-19. Une lueur d'espoir d'un retour à la normale dans le pays s'annonce à l'horizon avec des bilans quotidiens un peu moins lourds et une reprise de certaines activités non essentielles dans le pays. Après une hausse significative des morts dimanche 12 avril, le bilan quotidien repart légèrement à la baisse avec 517 décès durant les dernières 24h. Le nombre de cas positifs baisse également avec "seulement" 3 477 nouveaux cas.
 
Après deux semaines d'"hibernation" en Espagne, où toutes les activités économiques non essentielles étaient à l'arrêt, le gouvernement a annoncé une timide relance et a autorisé les travailleurs, sous conditions strictes, à reprendre le chemin des usines et des chantiers dès ce lundi. Mais le confinement reste de rigueur dans le pays. Cet allègement des mesures est pris pour tenter de relancer l'économie fragilisée du pays, mais avec des conditions strictes, afin d'éviter un rebond des contaminations de coronavirus. Dans les métros et les gares, des policiers et des volontaires ont distribué dix millions de masques.
 
Les espagnols sont confinés depuis le 14 mars, ils ne peuvent sortir de chez eux que pour acheter des denrées alimentaires, pour des raisons de santé, et pour sortir rapidement leur chien. Le chef du gouvernement Pedro Sanchez a annoncé la semaine dernière le prolongement des mesures jusqu'au 25 avril inclus au minimum afin de ralentir l'épidémie de Covid-19. Ce n'est pas le moment de relâcher tous les efforts. Si le pic de l'épidémie a été dépassé, selon les autorités, "nous restons loin de la victoire,", a déclaré une nouvelle fois Pedro Sanchez lors d'une allocution télévisée ce dimanche 12 avril.
 
Coronavirus en Italie
L'Italie est le deuxième pays le plus touché en nombre de morts, il comptabilise à ce jour plus de 20 000 décès des suites du coronavirus. C'est également le troisième pays en nombre de cas de Covid-19 après les Etats-Unis et l'Espagne avec près de 160 000 personnes testées positives dans le pays. Lundi 13 avril, l'Italie a déclaré 566 nouveaux décès du Covid-19 en 24 heures. Un chiffre en hausse par rapport à la veille (431). Les autres chiffres sont positifs avec 83 personnes en moins en réanimation (3 260 au total) et "seulement" 1 363 contaminations supplémentaires lors des dernières 24h.
 
Si les signaux sont positifs en Italie, les autorités appellent à la prudence ces derniers jours, à ne pas relâcher la vigilance et à ne pas gâcher les efforts entrepris depuis plusieurs semaines. Ils insistent sur les mesures de précaution, le respect du confinement pour éviter à tout prix  une seconde vague de la pandémie. Le confinement et l'arrêt quasi total de l'activité économique imposés depuis plus d'un mois ont été prolongés jusqu'au 3 mai par le chef du gouvernement Giuseppe Conte. Cependant, quelques commerces sont autorisés à rouvrir ce mardi dans certaines régions, comme les librairies ou les laveries, mais cet allègement reste marginal.

Coronavirus au Royaume-Uni
Le Royaume-Uni s'apprête à prolonger le confinement comme ses pays voisins européens. Les "mesures actuellement en vigueur" ne devraient pas être levées tout de suite afin d'endiguer la pandémie de coronavirus, le pays n'ayant "toujours pas passé le pic" de l'épidémie, a annoncé lundi le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, qui dirige provisoirement le gouvernement en l'absence de Boris Johnson, se remettant de la maladie. Ce " pic " devrait arriver dans les prochains jours selon les autorités britanniques. "Nous sommes à peu près deux semaines derrière la France, quelques semaines derrière l'Italie en termes de chiffres" de contaminations et de décès, a déclaré le conseiller scientifique du gouvernement Patrick Vallance, présent aux côtés de M. Raab.
 
Dominic Raab avertit qu'il est "trop tôt" pour assouplir les mesures de distanciation sociale mises en place dans le pays, il faut attendre que le "pic" soit franchi, ce qui n'est pas attendu avant plusieurs semaines. "Notre priorité immédiate est de ralentir la propagation du virus", a-t-il souligné. "Nous commençons à voir les effets des sacrifices", mais "nous n'y sommes pas encore, il faut continuer", a-t-il annoncé.
 
Ces dernières 24h, le gouvernement britannique a annoncé 717 décès supplémentaires contre 737 ce dimanche. Un chiffre qui baisse pour la quatrième journée consécutive. Malgré ces chiffres encourageants, le pays comptabilise au total plus de 88 000 cas de Covid-19 et 11 329 décès des suites de la maladie. La bonne nouvelle de ces derniers jours est la sortie de l'hôpital du Premier ministre Boris Johnson, trois jours après avoir quitté le service de réanimation. Downing Street dans un communiqué, indique tout de même qu'il "ne reprendra pas immédiatement le travail, sur les conseils de son équipe médicale". Pour le moment, il est en convalescence dans la résidence de campagne des Premiers ministres, dans le nord-ouest du pays.
 
Coronavirus en Inde
Le dernier bilan officiel fait état de plus de 10 000 cas confirmés de Covid-19, dont 358 décès des suites de la maladie. L'Inde est à l'arrêt depuis que les autorités ont décrété le 25 mars un confinement national de sa population pour une durée de 3 semaines. Le premier ministre indien Narendra Modi, avait annoncé : "Tout le pays va entrer en confinement. Pour sauver l'Inde, pour sauver chaque citoyen, vous, votre famille". Il prononcera ce mardi une allocution télévisée à la nation, ont indiqué lundi ses services. Il devrait annoncer une extension du confinement du 1,3 milliard d'Indiens.
 
Alors que la population est appelée à rester chez elle, le confinement menace de virer au cauchemar pour les habitants des bidonvilles surpeuplés comme celui de Dharavi, où la densité est estimée à 270 000 personnes par kilomètre carré. D'autre part, pour faire respecter les règles, les forces de l'ordre ont parfois recours à la force comme le montrent certaines vidéos sur Twitter. Des méthodes qui créent des polémiques dans le pays. Si les mesures de restrictions de sorties ne sont pas respectées, les habitants risquent un an de prison. D'autres initiatives que le recours à la force sont prises dans certaines villes, comme à Chennaï où certains policiers sont vêtus d'un uniforme de police et d'un casque en forme de virus sur leur tête. Mesure prise pour rendre la menace plus concrète et dissuader les habitants de sortir.
 
Ces mesures prises dans le pays ne sont pas facilement applicables par tous, et particulièrement par les plus pauvres qui vivent un cauchemar dans les bidonvilles surpeuplés. Les mesures de confinement n'y sont pas faciles à respecter, surtout la distanciation de 1 mètre préconisée par l'OMS. C'est le cas également dans les centres d'accueil surchargés. Ils n'ont pas d'endroits où aller, et ne peuvent pas se nourrir. Les risques de contagion y sont réels. Si le virus venait à s'y propager, les conséquences humaines et économiques y seraient dramatiques. Les mesures de confinement ne pourront pas endiguer la propagation du Covid-19 dans ces refuges estime Henk Bekedam, représentant de l'OMS en Inde. "Nous allons devoir trouver une solution", admet-il. La police indienne avait bouclé vendredi une partie des accès à Dharavi, l'un des plus grands bidonvilles d'Asie, dont les ruelles étroites et surpeuplées sont mondialement connues depuis le film "Slumdog Millionaire", touché par le nouveau coronavirus. Partout dans le pays, les plus pauvres luttent pour survivre. "La nuit dernière, nous avons eu des rotis (pain traditionnel indien, ndlr) avec du sel mélangé dans de l'huile de moutarde", décrit Rajni Devi, une mère de famille de la périphérie de New Delhi, qui dit s'endormir en pleurs chaque soir. "Il vaut mieux mourir qu'avoir faim comme ça."
 
Coronavirus en Allemagne
La pandémie de Covid-19 a causé la mort de 2799 personnes en Allemagne selon les chiffres de l'Institut Robert Koch pour 123 000 cas recensés. Le pays a surtout déployé une politique de tests massifs qui s'observe à travers de nombreux chiffres : la moyenne d'âge des personnes testées est de 49 ans en Allemagne contre 62 ans en Italie ou en France, note cette semaine Le Monde et seuls 17% des personnes ayant contracté le coronavirus ont plus de 70 ans. En testant massivement, l'Allemagne a rapidement isolé les foyers de contamination, empêchant la propagation du virus notamment chez les personnes âgées. L'épidémie est également concentrée dans trois régions (Länder) à l'Ouest, la Rhénanie du Nord Westphalie et ses grands centres urbains et industriels, le Bade-Wurtemberg qui comprend Stuttgart et Francfort ainsi que la Bavière au sud. Ces trois territoires rassemblent 2000 des 2800 cas mortels recensés dans le pays.
 
La situation n'est toutefois pas parfaite. Les politiques de confinement ne sont pas les mêmes partout puisque ce sont aux régions de décider, les masques et équipements de protection manquent également. Point positif, la plupart des lits de réanimation (l'Allemagne en comptait 25 000 avant la crise) sont vides, ce qui permet de limiter les effets du manque de personnel (17 000 infirmiers manquants). Cette semaine s'annonce décisive en ce qui concerne le confinement puisque, après avoir reçu de nombreux avis, Angela Merkel doit s'exprimer ce mercredi et annoncer la politique de déconfinement. Le port du masque pourrait être imposé, notamment dans les transports, à condition que les Lander suivent. Plusieurs recommandations demandent aussi la réouverture rapide des établissements scolaires.
 
Coronavirus au Portugal
La situation au Portugal reste stable. Ces derniers jours, le gouvernement a particulièrement renforcé les mesures de confinement et les contrôles à l'approche d'un week-end de Pâques où les mouvements de population, de l'extérieur puisque la diaspora portugaise a l'habitude de venir fêter Pâques au pays comme à l'intérieur, étaient particulièrement craints.Les aéroports avaient été fermés, et l'état d'urgence, en vigueur jusqu'au 17 avril, renforcé. Les habitants ne pouvaient pas quitter leur commune de résidence, à l'exception de ceux travaillant dans les secteurs d'activité dits essentiels et toujours autorisés. Le dernier bilan fait état de 17 000 cas pour plus de 500 décès depuis le début de l'épidémie. Le Portugal avait fermé ses frontières avec l'Espagne dès la mi-mars avant d'instaurer des mesures de fermetures des établissements publics et des écoles, puis des mesures de confinement un peu plus intensifiées avec le recours à l'état d'urgence, une première au Portugal depuis 1974 et la chute de la dictature.
 
Coronavirus en Belgique
La Belgique a franchi à l'approche du week-end de Pâques le cap des 3000 morts et le dernier bilan transmis lundi faisait état de 3600 décès des suites du Covid-19, un chiffre important pour un pays de moins de 12 millions d'habitants. Le bilan est tout particulièrement haut en Flandre, région la plus touchée. La Belgique précise toutefois intégrer dans ses calculs les morts suspectées d'être liées au Covid-19. "On n'arrête pas de comparer des chiffres qui ne sont pas comparables",  a souligné ce week-end David Clarinval, ministre fédéral du Budget et membre du Conseil national de sécurité. Il n'empêche que les polémiques se succèdent notamment sur la question des masques. Les hôpitaux sont en pénurie de masques FFP2 et l'arrivée d'un stock de 6 millions de masques défectueux et qui n'ont pu être utilisés a été abondamment commentée ces derniers jours. Blouses et vêtement de protection manquent aussi à l'appel. L'optimisme est toutefois de rigueur puisqu'un plateau de l'épidémie semble avoir été atteint et les places en réanimation ne manquent pas.
 
Coronavirus en Algérie
47 wilayas (préfectures) sur les 48 que compte l'Algérie sont désormais touchées par le coronavirus. L'épidémie a fait 313 morts pour 1983 cas confirmés par le pays, ce qui fait de l'Algérie le pays du Maghreb le plus touché par le Covid-19. Blida reste le territoire le plus concerné avec plus de 500 cas devant Alger. Les autorités soulignent toutefois que le nombre de nouveaux cas baisse à Blida mais rappellent au respect des règles de confinement. Le pic de l'épidémie n'est pas attendu avant le 20 avril selon un membre du comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus en Algérie. Pour rappel, l'administration de chloroquine aux malades a été validée fin mars.  "Actuellement, le protocole mis en place est destiné aux personnes qui sont considérées comme des personnes à risque et qui ont des pathologies chroniques associées quelle que soit leur forme. Il est destiné également aux patients qui ont des formes compliquées ou sévères", avait expliqué fin mars Smail Mesbah, membre du conseil scientifique réuni par les autorités.
 
Coronavirus au Maroc
Le Maroc compte plus de 1700 cas officiellement déclarés pour 126 décès. Des mesures de confinement strict ont été rapidement prises et ont conduit à de nombreuses arrestations ces derniers jours : 4300 durant le week-end selon un communiqué officiel. Les autorités ont dépêché l'armée pour renforcer les contrôles mais ces mesures sont difficilement suivies dans les zones de population dense où l'arrêt des activités économiques a de graves conséquences pour une population qui vit essentiellement de petits boulots et ne dispose pas de couverture sociale. Pour rappel, le port du masque a été imposé, le royaume a débloqué un fonds de subvention pour les fournir à bas prix et s'est lancée dans une politique de production intensive de masques avec pour objectif à court terme de parvenir à en exporter.
 
Pour rappel, le royaume est également devenu le premier Etat au monde à généraliser l'utilisation de la chloroquine pour tous les malades. Le Maroc a même racheté dès le milieu du mois de mars tout le stock de Nivaquine (chloroquine) et de Plaquenil (hydroxychloroquine) à la filiale marocaine du laboratoire Sanofi. Les premiers résultats, attendus dans deux ou trois semaines, seront sans doute scrutés de près par la communauté internationale. Pour contrer l'épidémie, le pays avait rapidement suspendu début mars ses liaisons avec l'Espagne et la France avant d'annoncer la fermeture des établissements scolaires (crèches, écoles, collèges, lycées et universités) le 16 mars dernier. Les établissements publics (cafés, restaurants, cinémas, salles des fêtes…) ont ensuite fermé, annonce suivie de l'instauration de l'état d'urgence sanitaire le 22 mars. Le confinement a finalement été instauré et personne ne peut quitter son domicile sans une attestation de déplacement dérogatoire délivrée par les autorités ou l'employeur.
 
Coronavirus en Afrique
Qu'en est-il sur le reste du continent africain ? La pandémie de coronavirus a aussi gagné l'Afrique subsaharienne. Le Sénégal compte près de 300 cas et s'active pour générer des tests rapides. L'Institut Pasteur de Dakar est notamment sur le pont. "Les tests seront réajustés en fonction des résultats. Il faut qu'ils soient efficaces et performants avant tout", assure au Monde le professeur Amadou Sall, directeur de l'Institut Pasteur de Dakar. Quand le prototype sera suffisamment robuste, nous le produirons ici pour le rendre accessible en Afrique." Des tests rapides, à partir de prélèvements nasaux, sont en cours de conception et pourraient permettre d'avoir des résultats en quelques minutes. Surtout, ils seront nettement moins chers que les tests moléculaires, une donnée décisive pour réaliser une politique de tests massifs en Afrique.
 
"Les tests actuels sont trop chers pour nos systèmes de santé. Et nous voulons rendre nos tests rapides accessibles aux populations défavorisées, avec une qualité respectant les standards internationaux, explique Tidiane Diagne, manager de la plate-forme sénégalaise Diatropix qui entend fabriquer les tests une fois les prototypes validés. " Le but est aussi de décentraliser le dépistage et de tester sans avoir besoin d'un laboratoire, d'infrastructures de santé, d'électricité ou de compétences spécifiques. " Sur l'ensemble du continent africain, 11 000 cas ont été recensés pour 500 décès.
 

linternaute.com

Mardi 14 Avril 2020 - 11:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter