Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie

L’Afrique compte ce lundi 30 mars, 4 871 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 152 personnes sur le continent, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. Sur le continent, 31 pays ont fermé leurs frontières et 12 suspendu leurs liaisons aériennes internationales.



Le confinement a débuté ce lundi soir 30 mars au Nigeria dans les villes de Lagos, d’Abuja et dans l’État d’Ogun. Dans cet état, ce sont 30 millions de personnes aux statuts sociaux divers qui vont être confinés pendant deux semaines. Abuja et Lagos sont les deux plus importantes villes du Nigeria. Abuja abrite le gouvernement, le Parlement, la Cour suprême ainsi que toute la technostructure administrative du Nigeria. C'est aussi le siège de la Cedeao et de toutes ses antennes (parlement et tribunal).

Lagos est le poumon économique du pays, avec ses deux ports, mais aussi le siège de toutes les grandes entreprises et banque nigérianes. La plupart des multinationales présentes au Nigeria sont aussi à Lagos. Pour ne pas complètement marquer l'arrêt de l'activité économique, le ministère des Finances et la banque centrale ont annoncé lundi le maintien des activités financières ne nécessitant pas d'accueil du public. Les banques pourront faire travailler les agents dédiés aux transactions non physiques, rapporte notre correspondant à Abuja, Moïse Gomis.

•             Confinement partiel au Bénin
Le Bénin vient de vivre sa première journée de confinement partiel, décrété par le président Patrice Talon et entré en vigueur ce lundi matin à minuit. Le chef de l'Etat n’a pas opté pour un confinement général, car son pays « n’a pas les moyens de survivre à une telle option », a-t-il dit. Il a en revanche décidé d’isoler douze principales villes du sud du pays, notamment Cotonou, Ouidah, Allada et Porto Novo, la capitale.

Autour de cette zone dite critique, un cordon sanitaire a été établi et depuis ce matin la police a pris position et a érigé des checks-point. Pas de sorties et pas d’entrées dans cet espace, sauf munies d’une dérogation des préfets. Selon des témoignages, beaucoup se sont fait surprendre et ont dû faire demi-tour devant les barrières infranchissables de la police.

•             Transports modérés en Guinée
Grève des transports à Conakry suite à la décision du gouvernement de limiter le nombre de passagers. En vertu de l’État d’urgence sanitaire, les taxis sont désormais limités à trois passagers (six auparavant) et les minibus à sept (10 auparavant). Par ailleurs, le ministre Moustapha Naïté a été testé positif au coronavirus. « Ne me sentant pas bien ces derniers jours, j'ai pris ma responsabilité de me faire dépister au Covid-19 », a-t-il expliqué sur son compte Twitter. « A part quelques quintes de toux et sensation de fièvre, je me sens globalement bien ». A ce jour, 15 cas ont été signalés.
 
•             134 malades sous traitement au Sénégal
Sur les 162 cas confirmés au Sénégal, 134 sont sous traitement, indique le ministère de la Santé lundi. Le député Moustapha Guirassy, testé positif, est sorti de l'hôpital. Par ailleurs, Depuis lundi, l’IRESSEF, l’Institut de Recherche en Santé de Surveillance Epidémiologique et de Formation, situé à Diamniadio (près de Dakar), a démarré les tests de diagnostic, en complément de l’Institut Pasteur, seul habilité jusqu’ici. Objectif : faire plus de dépistages, et plus vite.
 
•             Le patron de l’OMS appelle l’Afrique à être plus proactive
Les pays africains devraient être plus « agressifs » face à la pandémie, selon le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Les mesures de santé publique sont plus faciles à mettre en œuvre lorsque le nombre de cas est encore faible », écrit-il sur son compte Twitter.
 
•             Libération de prisonniers en Libye
En Libye, neuf cas ont été confirmés dont six dans la ville de Misrata. Mais pour l'anecdote, le directeur du centre national des maladies contagieuses a affirmé lors d'une conférence de presse samedi, que devant le premier cas, l'équipe médicale a fui le lieu. Il a déploré le traitement réservé en général à ces malades. « Nous ne sommes pas prêt à affronter le coronavirus » a-t-il affirmé.

L'OMS à mis en garde : le nombre de cas annoncé en Libye est bien inférieur à la réalité, le pays ne possédant pas de matériel de dépistage.

Le gouvernement d'union nationale a libéré quelque 500 prisonniers par crainte de la propagation de Covid-19. Human Rights Watch appelle, par ailleurs, à la fermeture des centres de rétention de migrants pour limiter les cas de coronavirus. Le couvre-feu est désormais de 14h à 7h.

•             « Bavures » policières en Afrique du Sud
La ministre de la Défense Nosiviwe Mapisa-Nqakula « condamne » la violence dont des militaires auraient fait preuve depuis le début du confinement de la population sud-africaine. Dans un communiqué, elle affirme que les coupables seront sanctionnés. Des militaires et policiers chargés de faire respecter le confinement sont accusés d’avoir fait preuve de brutalité. Deux personnes ont perdu la vie jusqu’à maintenant. Un policier et un agent de sécurité privé ont été arrêtés. Plus de 1 200 cas ont été confirmés en Afrique du Sud, le pays africain le plus durement touché.

•             Le Zimbabwe autorise le paiement en devises étrangères
Moins d’un an après avoir banni le dollar américain, le Zimbabwe autorise l’achat de produits locaux en devises étrangères. La population du Zimbabwe, où sept cas dont un mortel cas ont été recensés, est appelée à rester chez elle pendant trois semaines à partir de lundi. De nombreux Zimbabwéens redoutent l'effet du confinement sur leur pays, qui souffre d'hyperinflation et de pénuries de produits de base, de la farine, aux médicaments et à l'électricité. Les économistes craignent que l’autorisation des transactions en devises étrangères ne contribuent à affaiblir le cours du dollar zimbabwéen.

•             Le Kenya s’attend à 10 000 cas
Les autorités sanitaires estiment à 5 000 le nombre de contaminations d’ici à la fin avril. Jusqu’à 10 000 personnes pourraient même être infectées d’ici la fin mai si des mesures plus draconiennes ne sont pas adoptées, selon le ministère de la Santé. Si la jeunesse de la population inspire de l’optimisme, l’état de santé de la population en général et les lacunes du système hospitalier suscitent l’inquiétude. Cinquante cas ont été rapportés jusqu’à maintenant.

•             La Somalie envoie 20 médecins en Italie
Le gouvernement de Mogadiscio annonce l’envoi de 20 médecins somaliens en Italie pour aider ce pays à soigner les malades du Covid-19. Il s’agit de volontaires de l’Université nationale de Somalie, précise Ismail Mukhtar Omar, porte-parole du gouvernement. L’Italie a demandé l’aide de la communauté internationale pour surmonter la pandémie. A ce jour, trois cas ont été confirmés en Somalie.

•             Coup dur pour Ethiopian Airlines
Ethiopian Airlines, première compagnie africaine, suspend ses vols vers 80 destinations internationales. L’entreprise, considérée comme un modèle de croissance et de dynamisme sur le continent, va se concentrer sur le fret. En temps normal, les bénéfices réalisées par cette compagnie aérienne dépassent la valeur de toutes les exportations éthiopiennes.

•             Les cas multipliés par deux en Érythrée
Le ministère érythréen de la Santé confirmait dimanche 29 mars au soir six nouveaux cas. Il s'agit de passagers arrivés à Asmara par avion avant l'interdiction des vols internationaux, le 25 mars. Deux d'entre eux, asymptomatiques, n'avaient pas été placés en quarantaine à l’arrivée. Cela porte à 12 le nombre total de personnes infectées en Erythrée.

•             25 malades à Djibouti
Djibouti a testé 620 personnes depuis la mi-mars. Quelque 25 personnes sont atteintes du Covid-19. Leur état est stable.

•             Campagne de dépistage en Guinée équatoriale
Le laboratoire de recherche du Baney a réalisé plus de de 500 analyses au cours des derniers jours, selon le ministre de la Santé, Mitoha Ondo'o Ayekaba. Les autorités espèrent réaliser 1 000 tests par jour. A ce jour, 14 cas se sont révélés positifs.

•             Huit pays africains sans aucun cas
Il s’agit du Soudan du Sud, du Burundi, du Malawi, du Botswana, du Lesotho, des Comores, de la Sierra Leone et de Sao Tomé et Principe.
 

RFI

Mardi 31 Mars 2020 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter