Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Côte d'Ivoire: les industriels veulent moins d’orpailleurs artisanaux

La production industrielle d’or observe une croissance régulière en Côte d’Ivoire. Avec la réforme du code minier et une stabilité relative du pays qui facilite les investissements, les grands groupes anglo-saxons se tournent de plus en plus vers les sous-sols ivoiriens. Mais cet appétit pour le précieux métal jaune se propage aussi chez les orpailleurs artisanaux, de plus en plus nombreux eux aussi, ce qui n'est pas sans causer de graves problèmes environnementaux et parfois de sécurité.



Lors de leur dernière rencontre, le 3 août, l'interprofession des miniers et le ministre de l’Industrie et des mines, Jean-Claude Brou, se sont accordés sur un point : l’orpaillage clandestin est un fléau qui parasite l'activité des sociétés et représente un danger pour les populations.

« Le gouvernement a fermé plus de 400 sites. Ils ont été fermés, déguerpis. La plupart des empailleurs ont été interpellés et beaucoup de matériels détruits », affirme Jean-Claude Brou.

Mais le ministre de l'Industrie et des mines souligne également que les autorités ont « observé certaines recolonisations de certains sites, à peu près 150 recolonisations. Le gouvernement n’a pas encore pris de décision, mais il continue de poursuivre son programme [Programme national de la réglementation de l’orpaillage] ».

Le PDG de Randgold-Côte d'Ivoire s'inquiète pour l'environnement

Outre les problèmes d'illégalité, l'usage anarchique de produits hautement toxiques, comme le mercure sur ces centaines de sites clandestins provoquent des ravages dans les cours d'eau, les forêts et les cultures, accusent les industriels.

« C’est impressionnant. Vous vous retrouvez sur des sites où il y a plus d’un millier de personnes. Au quotidien, cela fait beaucoup de monde en train de creuser sur des sites, d'utiliser des produits chimiques de façon incontrôlée. Et pour nous, il est difficile de pouvoir accéder à ces zones », explique Ndiaye Bodiel, directeur général de Randgold Resources de Côte d’Ivoire et président du Groupement professionnel des miniers de Côte d'Ivoire (GPMCI).

Il existe à ce jour cinq mines d'or industrielles en Côte d’Ivoire pour une production totale de 25 tonnes annuelles avec les petites structures. Les objectifs du pays en la matière sont ambitieux puisque on pourrait atteindre les 48 tonnes à l'horizon 2030. Mais pour cela, estiment les professionnels, il faudrait que la Côte d’Ivoire mette sérieusement de l'ordre sur son sol et dans ses sous-sols.

Rfi.fr

Mercredi 9 Août 2017 - 17:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter