Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coupures d'électricité en Afrique du Sud: Eskom accuse la pluie

En Afrique du Sud, touchée par les délestages depuis le 5 décembre, l’électricité est coupée quatre heures par jour. Des coupures de plus en plus fréquentes qui représentent une perte substantielle pour l’économie. Pour les justifier, le géant de l’électricité Eskom accuse les fortes pluies qui se sont abattues sur le pays ces derniers jours.



Les précipitations s’abattent sur l’Afrique du Sud depuis une semaine et en particulier sur la province du Mpumalanga, le cœur de l’industrie sud-africaine du charbon, dans le nord-est du pays. D'après les explicaitons de la compagnie Eskom, les faibles performances de ses centrales sont dues à ces pluies et plus précisément en raison du charbon détrempé. Selon le géant de l’électricité, le charbon, une fois humide, ne produit pas la même quantité d’énergie dans les fours de ses centrales, vétustes pour la plupart.

Pour beaucoup d’experts, l’explication est un peu légère et même mensongère pour d’autres, qui suspectent Eskom de mentir. Le problème serait en fait dû à de trop faibles réserves de charbon tout simplement. L’ancien PDG de l’entreprise a aussi réagi. « Ces délestages sont désastreux pour l’économie », a-t-il déclaré. Le pays a été plongé dans le noir pendant plus de 300 heures cumulées cette année.

Dépendance du pays à Eskom

Il s'agit de l’une des principales causes du recul de 3,2 % de la croissance au premier trimestre. L’Afrique du Sud est prise au piège car dépendante à 95 % d’Eskom pour son énergie. Ce qui représente une menace immense sur son économie, étant donné la dette abyssale de l’entreprise. L’agence de notation Moody’s a d’ailleurs récemment abaissé sa perspective pour le pays de stable à négative, en grande partie à cause d’Eskom.

RFI

Dimanche 8 Décembre 2019 - 13:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter