Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Covid-19 : colère et inquiétude dans le secteur culturel, contraint de rester fermé

À partir de mardi, un couvre-feu remplacera, en France, les mesures actuelles de confinement. Les cinémas, théâtres et musées, qui espéraient reprendre du service, resteront fermés au moins trois semaines supplémentaires, au grand dam des professionnels concernés.



Covid-19 : colère et inquiétude dans le secteur culturel, contraint de rester fermé
Fin prêts à rouvrir le 15 décembre, cinémas, théâtres et musées enragent de n'avoir désormais plus de perspective avant le 7 janvier, au moins.
 
Le secteur culturel, dont les salles sont fermées depuis fin octobre, n'a plus qu'une seule certitude : aucune réouverture n'est à espérer avant cette date.
 
Face au virus et à une épidémie "qui dure plus qu'on ne l'aurait voulu", il n'était pas question d'accroître "les flux, les concentrations, les brassages de public", a martelé le Premier ministre Jean Castex.
 
Ni de prendre le risque de voir empirer la situation sanitaire en janvier et décaler "d'autant les perspectives d'un retour à la normale".
 
Et pour la suite, rien n'est sûr : "Nous réexaminerons la possibilité" de rouvrir à partir du 7 janvier, "en fonction de la situation sanitaire à cette échéance" et de la façon dont se seront passées les fêtes, s'est borné à préciser le chef du gouvernement.
 
 
Le président de la République avait évoqué fin novembre une possible réouverture des lieux culturels le 15 décembre, mais seulement si la situation sanitaire le permettait. Une condition qui n'avait pas empêché artistes et exploitants de salle de tout mettre en œuvre pour rouvrir à cette date.
 
Une réouverture attendue et préparée
 
Conscient de la colère à venir du monde de la culture, qui s'est déjà senti à plusieurs reprises oublié des pouvoirs publics depuis le début de la pandémie, le Premier ministre a assuré savoir "combien ces décisions sont difficiles à accepter". Et promis de poursuivre son soutien économique.
 
"Prendre cette décision (...) nous a été particulièrement douloureux, croyez-le bien", a-t-il ajouté: "Je sais à quel point le secteur culturel s'était préparé, que les artistes ont répété, que toutes les filières étaient mobilisées, que tout était prêt pour que les rideaux se lèvent et les écrans s'illuminent".
 
Des mots qui n'ont pas suffi à apaiser : "La culture est donc une fois de plus sacrifiée", a déploré sur les réseaux sociaux le violoncelliste Gautier Capuçon, résumant un sentiment répandu depuis les grands musées jusqu'aux cinémas et théâtres.
 
"Combien d'artistes ne survivront pas ? Combien d'acteurs de l'écosystème culturel ne s'en relèveront définitivement pas ? Combien de jeunes vont abandonner leur rêve ? ", a-t-il ajouté.

France24

Vendredi 11 Décembre 2020 - 08:54


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter