Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Covid-19 : en Espagne, les parents rechignent à scolariser leurs enfants

Alors que l'Espagne connaît une explosion des cas de Covid-19, de nombreux parents rechignent, voire refusent, à renvoyer leurs enfants à l'école. Et ce, malgré les menaces de sanctions brandies par les autorités.



Covid-19 : en Espagne, les parents rechignent à scolariser leurs enfants
"Pour apprendre tu as toute la vie, mais la santé, tu n'en n'a qu'une !" Mère de deux garçons, Aroa Miranda ne cache pas son agacement face à la gestion de la crise sanitaire et de la rentrée scolaire en Espagne, où l'épidémie de Covid-19 est à nouveau virulente. À quelques jours de la rentrée scolaire prévue le 10 septembre, elle a décidé, comme de nombreux parents, qu'elle ne remettrait pas ses enfants à l'école
 
"Ils sont en train de faire une expérience pour voir ce qu'il va se passer, comme avec des cochons d'Inde", s'indigne cette femme de 37 ans, qui vit à Castellon de la Plana, dans l'est du pays. "Pour mon fils de 8 ans, j'essaierai d'inventer des excuses, dire qu'il est malade", explique Aroa. Quant à son fils de 3 ans, elle n'a pas hésité à le désinscrire de l'école.
 
L'Espagne face à une deuxième vague de Covid-19
 
L'Espagne est en proie à une deuxième vague de Covid-19. Le 6 septembre, la barre du demi-million de contaminations depuis le début de la crise a été franchie dans le pays. Pour limiter la propagation du virus, la communauté de Madrid a mis en place de nouvelles restrictions. Parmi elles : "La distanciation sur les terrasses va devoir être augmentée, l'interdiction de se réunir à plus de dix personnes dans la sphère privée, ou interdiction de danser dans les mariages", précise Anaïs Guérard, correspondante de France 24 à Madrid.
 
Si la vague n'est pas aussi forte qu'en mars et avril derniers, lorsque les soins intensifs étaient saturés, l'inquiétude reste vive chez les enseignants - qui annoncent des grèves à venir - et les parents d'élèves. Les restrictions ne sont pas à même de rassurer, au contraire. "Si je n'ai pas le droit de réunir plus de dix personnes chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon fils devrait être avec 25 enfants dans une classe", s'étonne Aroa, qui estime aussi que le masque obligatoire dès 6 ans ne suffira pas.

France24

Lundi 7 Septembre 2020 - 13:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter