Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Dakar: des centaines de personnes ont manifesté pour la libération de Guy Marius Sagna et Adama Gaye



Des centaines de personnes, à l'appel de la plateforme Aar Li Nu Bokk (préserver nos biens communs, en wolof) ont manifesté vendredi soir à Dakar pour exiger la libération de l'activiste Guy Marius Sagna et du journaliste Adama Gaye. Le premier est placé en garde à vue pour "fausse alerte du terrorisme" et le second pour offense au chef de l'État et « atteinte à la sûreté de l’Etat »

Vers 16h00 (GMT), les manifestants dont la plupart vêtus de gilets rouges, se sont regroupés à la Place de la Nation pour converger vers le rond-point de la Télévision publique (Rts).  Sur les pancartes et banderoles, on peut lire plusieurs slogans dont Sunu pétrole (notre pétrole) ou encore Sunu 400.000 (nos 400.000), en allusion à l'affaire Aliou Sall, frère du chef de l'État accusé de corruption par la BBC, dans l’octroi des contrats pétroliers et gaziers.

Les manifestants scandent également: " Aliou Sall est un voleur; Macky Sall est un dictateur; le procureur est corrompu ". Si certains réclament justice et transparence dans la gestion des ressources naturelles du Sénégal, d'autres demandent la libération de Guy Marius Sagna et celle d’Adama Gaye.

Plusieurs opposants à savoir l'ancien ministre du Pétrole, Thierno Alassane Sall, Cledor Sene et le président du mouvement Agir, Thierno Bocoum, ont pris part à cette marche initiée par la Plateforme Aar Li Nu Bokk.

"Guy Marius Sagna n'a rien fait. Les Sénégalais doivent arrêter de croire que nous avons une justice indépendante", déclare l'ancien ministre Thierno Alassane Sall, vêtu d’une chemise blanche. Quant à M. Cledor Sene, il appelle à la poursuite du combat pour la libération des deux détenus.

La marche autorisée par le préfet de Dakar a pris fin à 18h00 sous le regard des policiers qui assuraient la sécurité des manifestants.

Salif SAKHANOKHO

Vendredi 2 Août 2019 - 20:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter