Discours fête de l'indépendance 2017: Macky met la pédale douce et évite toute polémique

Un discours sobre et concis. Le président de la République a évité de donner matière à polémique. Macky Sall, après cinq ans passé au pouvoir, d’aucuns s’attendaient à un bilan à mi-parcours comme il le faisait souvent lors de ses adresses à la nation. Subtilement, il a essayé de justifier l’emprisonnement de Khalifa Sall, d’évoquer sommairement quelques actes de réalisations avant de parler des perspectives. En somme, son discours n’a pas excédé 15mn.



Le président de la République a soigneusement évité tout sujet polémiste. Le contexte ne s'y prête guère. Avec une situation politique très précaire, les soubresauts d'une tension politico-sociale, Macky Sall a mis la pédale douce. Il ne s'est livré ni à un discours-bilan fleuve encore moins des sujets qui pourraient porter à équivoque et ajouter à la tension. 

Subtilement, le chef de l'Etat a évoqué l'affaire Khalifa Ababacar Sall, maire de Dakar dont son incarcération a créé beaucoup de crispation et réveillé des activités, des irrédentistes ou les oppositions les plus irréductibles. 
"Je poursuivrai sans relâche la politique de bonne gouvernance à tous les échelons de l’Etat et de ses démembrements", a-t-il lancé. Le président de la République a argumenté que "c’est en effet dans la bonne gestion des affaires  publiques que nous pourrons mieux dépenser nos ressources, financer nos efforts d’émergence, satisfaire les besoins sociaux de nos populations, offrir à notre secteur privé les meilleures conditions d’épanouissement, et ouvrir à notre jeunesse de nouvelles perspectives d’éducation, de formation et d’emploi". 

Même s'il a brossé le bilan, Macky Sall ne s'est pas prononcé sur les libertés notamment les restrictions des manifestations publiques mais aussi l'inflation galopante des denrées de premières nécessités. Il s'est plus appesanti sur la notion de "fête de l'armée nationale et de la jeunesse" sans oublier les fortes distinctions obtenues dans le domaine du Cinéma et de la culture. 

Le chef de l'Etat va continuer à mener sa "campagne électorale déguisée". En effet, "je visiterai d’autres localités du pays dans les semaines et mois à venir". Dans le même sillage, il a déroulé une opération de charme en direction des chefs de villages. "J’ai demandé au gouvernement d’étudier les conditions de rémunération des Chefs de village, qui, en tant que relais indispensables de l’administration, exercent une mission de service public, souvent à leur propre charge". 

Le président Macky Sall a, en outre, appelé les sénégalais à l'unité et à la cohésion nationale au moment les crispations sont nombreuses. "je tends la main à tous et à toutes, pour travailler ensemble, dans l’unité et la cohésion nationales". 
 


Lundi 3 Avril 2017 - 21:03




1.Posté par El Hadj Ciré Balley DIALLO, Président Antenne Régionale SOS CONSOMMATEURS THIES le 04/04/2017 01:11
Il y'a aussi et surtout les Associations de Consommateurs CRÉDIBLES qui, au quotidien, exercent une mission de service public, je dirais plutôt DES missions de services publics, font de la proximité permanente pour expliquer aux populations, les soutenir et les défendre, en toute transparence et en toute crédibilité, en faisant de cette mission UNE MISSION DIVINE . Nous n'avons point de subvention, à l'image d'autres pays, en Afrique comme en Europe, dont les Gouvernants comprennent , eux, la mission de ces Associations qui sont aussi des Relais pour toute l'Administration ...Même les syndicats , Mouvements et partis politiques minoritaires et autres structures reçoivent soutien de l'Etat ....C'EST BIEN DOMMAGE mais IL FAUDRA COMPTER AVEC CES ASSOCIATIONS CRÉDIBLES, PERTINENTES, ENGAGÉES qui se cessent de massifier, tranquillement., parce que , gagnant au fur et à mesure la confiance des consommateurs, des populations...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter