Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Élargissement de l’assiette fiscale: l’économise Demba Moussa Dembélé n’est pas du même avis que le FMI



Élargissement de l’assiette fiscale: l’économise Demba Moussa Dembélé n’est pas du même avis que le FMI
L’économiste Demba Moussa Dembélé n’est pas du même avis que le Fonds monétaire international (Fmi) qui, lors de sa conférence de presse hier, lundi, a recommandé à l’Etat d’élargir son assiette fiscale pour éponger ses dettes. Selon lui, l’augmentation des taxes risque de bloquer l’économie du pays car, dit-il, « il y aura moins d’investissements de la part des entreprises ». 

Si l’Etat suit ces recommandations, « il peut avoir beaucoup plus de recettes, mais est-ce que cela va relancer l’économie ? Ça m’étonnerait parce que si l’Etat taxe davantage, il aura plus de recettes et  ça risque de bloquer certains nombres d’entreprises, parce qu’y aura moins d’investissements », a déclaré l’économiste. 

Selon Demba Moussa Dembélé, « Toutes ses mesures que le Fmi a recommandé sont liées à la situation des finances publiques. Or, y a eu une alerte dans la presse de la part de certains observateurs comme quoi les finances publiques sont dans des situations un peu critiques ». 

« Et là, a-t-il souligné, le Fmi vient de le confirmer parce que d’une part l’élargissement de l’assiette fiscale ça veut dire essayer d’avoir plus de recettes pour l’Etat donc, cela veut dire taxer des entreprises ou individus qui payaient moins d’impôts ou qui n’étaient pas assujettis d’impôts notamment le secteur informel entre autres, qui du reste gagne beaucoup plus d’argent, mais malheureusement paient très peu ». 

Concernant l’autre recommandation du Fmi à savoir le rétablissement de la vérité des prix, l’économiste d’expliquer sur Sud Fm que : « Cela veut dire que les subventions d'un certain nombre de produits ou services doivent, soit diminuer, ou cesser tout simplement. Ce qui veut dire que certains produits alimentaires risquent tout simplement de grimper, que ce soit le riz, le lait ou encore le prix de l’électricité ou de l’eau parce qu’il y a une forte subvention dans ces deux produits », a-t-il prévenu. 

Aminata Diouf

Mardi 24 Septembre 2019 - 14:06


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter