PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Espagne: l'agitation sociale monte en Catalogne

La Sagrada Familia fermée, les joueurs du Barça au repos forcé, les transports perturbés : la Catalogne est en grève aujourd'hui pour défendre ses droits et dénoncer les violences policières de dimanche lors du référendum interdit. « Je suis convaincu que cette grève sera très suivie », a déclaré le président de la région, Carles Puigdemont, qui entend prouver que toute la société le soutient dans son bras de fer avec Madrid. Le président catalan a demandé hier une médiation internationale alors que le gouvernent espagnol, sourd aux critiques venues de toute part, continue à dénoncer une manipulation de masse.



Les catalans ont répondu massivement à l’appel de la grève générale. Plus qu’une grève, il s’agit d’une paralysie politique du pays pour protester contre les violences policières perpétrées le jour du vote du référendum.
 
Pas de transports
 
Dans le centre de Barcelone, les petits commerçants ont quasiment tous fermé leur devanture et les transports publics et privés des taxis sont quasiment inexistants.
 
Le blocage est presque complet. Dans la fonction publique, les écoles sont fermées. Et seuls les services des urgences fonctionnent dans la santé.
 
Grande manifestation
 
Une importante manifestation a lieu, à la mi-journée, dans les rues de la capitale régionale avec une représentation de plusieurs corps de métier. Des slogans ont été scandés contre les forces de l’ordre aux cris de « dehors police nationale ».
 
Parmi les participants, une majorité de séparatistes, mais aussi des partisans du « non » à l’indépendance qui sont venus dénoncer les méthodes répressives de Madrid.  Le ministre espagnol de l'Intérieur, Juan Ignacio Zoido, a accusé, ce mardi en début d'après-midi, le gouvernement régional indépendantiste de Catalogne « d'inciter » la population « à la rébellion », après une multiplication de cas de harcèlement de policiers envoyés en renfort dans la région.

Rfi.fr

Mardi 3 Octobre 2017 - 14:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter