Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Etat/mairie de Dakar : Aliou Sow soupçonne Khalifa Sall de tentative de détournement de deniers publics

La guerre des mots entre l’Etat et la mairie de Dakar continue par presse interposée. Moins de 48h après la sortie de Khalifa Ababacar Sall sur la volonté du Président de la République d’ouvrir une information judiciaire sur l’achat de terrains équivalant à la valeur de 15 milliards de rancs CFA (précisément 15.353.183.700F CFA) le ministre de la décentralisations et des collectivités locales a donné la réplique.



Etat/mairie de Dakar : Aliou Sow soupçonne Khalifa Sall de tentative de détournement de deniers publics
Le ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales, Aliou Sow, s’est fait une idée sur la volonté d’acquisition de terrains pour la mairie de Dakar.
Au cours de la conférence de presse qu’il a organisée hier, dans les locaux de son département, le ministre souligné quil « soupçonne le maire Khalifa Sall de tentative de détournement de deniers publics».
C’est pourquoi, estime-t-il, «cette ouverture d’une information judiciaire doit être saluée parce qu’elle permet de voir plus net sur les soupçons» tout en souhaitant «qu’elle s’avère bonne sinon ce serait au détriment des populations» auxquelles, la mairie est sensée servir. Pour lui, l’information n’est pas forcément «synonyme de sanction négative» car elle peut aussi «être positive» si au bout du compte l’information on débouche sur une bonne gestion.

Le ministre Aliou Sow, a estimé qu’en plus de soupçonner le Président de la République de la République de vouloir entraver la libre administration des Collectivités locales, le maire de Dakar «verse volontairement dans l’amalgame et use de subterfuges en évoquant de manière inappropriée les dispositions du code des Collectivités locales, notamment celles portant sur le contrôle de légalité en estimant «qu’on vit dans une autre époque».

Charles Thialice SENGHOR

Lundi 20 Septembre 2010 - 05:01


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter