Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Etats-Unis: Donald Trump cible à nouveau le Mexique



Donald Trump s'en est encore violement pris au Mexique dimanche 2 avril. Selon lui, le pays ne fait rien pour freiner les migrants d'Amérique centrale, qui traversent ensuite clandestinement la frontière pour entrer aux Etats-Unis. Le président américain semble surtout frustré de ne pas avoir obtenu les crédits nécessaires à la construction du mur qu'il veut ériger pour séparer les deux pays. C'était l'une des ses promesses phares, et l'ancien promoteur immobilier n'aime rien tant que les réalisations concrètes.
 
Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier
 
Donald Trump a-t-il été touché par les commentaires acides d'anciens supporters qui l'accusent désormais de faiblesse ? Ou bien a-t-il été alerté par Fox News, qui a relayé l'information d'une « caravane » de 1500 migrants, espérant bientôt passer la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis ?
 
En tout cas, pas de trêve pascale pour le président américain, qui s'est fendu de en trois tweets cinglants avant de se rendre à l'église. Dans l'un, il attaque les lois de l'opposition démocrate, qui gêneraient le travail de la police aux frontières, et en appelle donc à un passage en force des Républicains au Congrès.
 
Il enterre aussi l'hypothèse d'un accord sur les « Dreamers », ces jeunes migrants dont le sort est devenu, aussi, un enjeu politique. Dans un autre message, le Mexique est accusé de faire très peu, sinon rien, contre la drogue et les clandestins. Et Trump de menacer de se retirer de l'Alena, le traité de libre-échange régional, en cours de renégociation.
 
« Le Mexique en fait très peu, si ce n'est RIEN, pour empêcher les gens d'entrer au Mexique par sa frontière sud, puis aux Etats-Unis », a-t-il écrit. Le Mexique « doit arrêter le flot de drogues et de gens, ou j'arrête leur vache à lait, l'Alena », a poursuivi Donald Trump. « BESOIN DU MUR ! ».
 
Le président américain prend-il ainsi le contre-pied de son administration, qui vante une relation cordiale avec le Mexique ? Il semble en fait s'adresser bien davantage à son électorat qu'aux autorités mexicaines.
 

Rfi.fr

Lundi 2 Avril 2018 - 11:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter