Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



France: Bygmalion, obstacle au retour de Sarkozy?

Le retour en politique de l'ancien président français Nicolas Sarkozy, annoncé comme « une nécessité » par l'un de ses proches, met l'UMP en ébullition. Plusieurs de ses concurrents potentiels n'ont aucune intention de le laisser faire. L'éventuel retour de l'ex-président reste de toute façon conditionné par le calendrier judiciaire et les suites de l'affaire Bygmalion, qui pourrait être un obstacle de taille sur la route de l'ex-chef de l'Etat.



Nicolas Sarkozy, à Nice, le 10 janvier 2014. REUTERS/Eric Gaillard
Nicolas Sarkozy, à Nice, le 10 janvier 2014. REUTERS/Eric Gaillard

Dans le premier cercle de la sarkozie, l'argument de défense est déjà bien rodé : impossible qu'un président de la République en exercice, de surcroît candidat à sa réélection, ait eu le loisir de suivre l'évolution des coûts de sa campagne. Par conséquent, Nicolas Sarkozy ne peut être responsable de ce dérapage financier.

Un dérapage considérable : onze millions d'euros. Quoi qu'en disent ses proches, l'enquête préliminaire qui se concentre sur le financement de cette présidentielle – et vise la société Bygmalion pour « faux », « abus de biens sociaux » et « abus de confiance » – fait bien planer une nouvelle menace judiciaire sur l'ex-chef de l'Etat.

Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy n'est pas en première ligne. La justice va en premier lieu vouloir entendre Jérôme Lavrilleux, le directeur adjoint de la campagne, qui est récemment passé aux aveux. En direct à la télévision, celui-ci a reconnu l'existence d'un système de fausses factures. Seront certainement aussi convoqués Guillaume Lambert, ex-directeur de la campagne, et Eric Cesari, ex-directeur général de l'UMP. Mais les enquêteurs pourraient aussi vouloir entendre Nicolas Sarkozy, afin de déterminer si l'ancien chef de l'Etat avait eu vent de la fraude présumée.

Source : Rfi.fr
 



Vendredi 6 Juin 2014 - 02:24