Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



France : les talibés de Aïda Diallo interpellent les autorités sénégalaises



Les talibés de Sokhna « Aida Saliou Thioune », établis en France, alertent l'Etat sénégalais et avertissent leurs détracteurs dans une vidiéo. Selon eux, Serigne Bethio est leur Serigne ici bas et dans l'au-delà. Il leur a donné le ndiguel de suivre Sokhna Aida Saliou Thioune et ils ne trahiront jamais. 

« Nous croyons en elle et personne ne peut ébranler notre foi. Sokhna Aida Saliou Thioune appelle ses talibés à oeuvrer dans la feuille de route de Serigne Bethio : le magal, le gamou, les khassaides et le 17 avril. Elle organise des thiants, action de grâce envers notre vénéré Serigne Saliou Mbacké. Sa seule faute est d'être une femme. Aujourd'hui, les menaces se multiplient à l'encontre de Sokhna Aida Saliou Thioune. Les insultes et les diffamations prolifèrent de toutes parts. Désormais se sont même des appels publics à la haine et au meurtre sur la personne de Sokhna Aida Saliou Thioune. La situation est grave. Nous, ses talibés, ne sauront tolérer de tels délits. Le Sénégal est un Etat de droit et nous interpellons le ministre de l'Intérieur Aly Ngouille Ndiaye. Nous exigeons que les forces de l'ordre et la justice sénégalaise se saisissent de l'affaire au plus vite » disent-ils dans cette vidéo.

Vendredi, le Khalife général des Mourides, une des plus grandes confréries religieuses au Sénégal, Serigne Mountakha Mbacké a décidé de ne plus recevoir Aida Diallo. Car elle persiste dans l’organisation de ses « thiants » (chants religieux), malgré les mises en garde du chef, a annoncé son porte-parole du jour, Serigne Cheikh Mbacké Abdou Latif.

Aida Diallo est accusée de s’être considérée comme la nouvelle chef de cette communauté affiliée aux Mourides. Il lui est reproché d’avoir célébré des mariages et baptisé des nouveau-nés. Des pratiques jugées contraires à l'orthodoxie musulmane selon laquelle une femme ne peut pas accomplir de tels actes.

Salif SAKHANOKHO

Jeudi 27 Février 2020 - 19:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter