Gabon: le mouvement de colère se poursuit dans l’éducation

​Au Gabon, ce lundi était le premier jour de la grève générale illimitée décrétée par la Conasysed, l'un des principaux syndicats de l'Education nationale. Les syndicalistes réclament le paiement de diverses primes, des intégrations, des nouvelles salles de classe pour lutter contre les effectifs pléthoriques.



Séance de football dans une école publique pour Léonce Boussou et ses camarades. Ils étaient à l'école le matin, mais ils n'ont pas eu cours : « Aujourd’hui, aucun professeur n’est venu, aucun prof ».
 
Si la grève est plus ressentie dans les écoles primaires, il y a un léger mieux dans les collèges et lycées, comme le confirme Steeve Doumangoye, le directeur des études au collège de Mindoubé : « Loin de nous l’idée de remettre en cause les revendications posées par les syndicats des enseignants. Mais d’un autre côté, nous avons l’avenir de nos jeunes enfants qui est en jeu. A cet effet, nous essayons de faire le plus possible pour dispenser les cours à nos enfants ».
 
Un mouvement bien suivi pour Louis Patrick Mombo, un des responsables de la Conasysed, le syndicat qui a appelé à la grève générale illimitée : « Pour la Conasysed, le mouvement de grève est bel et bien suivi sur toute l’étendue du territoire national et nous pourrons l’estimer à 80% ».
 
Pour le ministre de l'Education nationale, Florentin Moussavou, la reprise des cours est effective : la situation s'est normalisée à partir de ce lundi, les enseignants et les élèves sont présents et il y a même des établissements qui ont commencé quelques évaluations, a affirmé le ministre. Les syndicalistes réclament toujours l'ouverture des négociations.


Mardi 15 Novembre 2016 - 18:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter