PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Gambie: à Kanilai, les partisans de Jammeh tentent de rassembler leurs forces

Environ 300 personnes se sont rassemblées samedi 20 mai à Kanilai, ville natale et fief de Yahya Jammeh. L’occasion pour les supporters de l’Alliance pour la reconstruction et la construction patriotiques (APRC), parti de l’ancien dictateur gambien, de célébrer les cinq sièges remportés lors des élections législatives. Mais également de parler de l’avenir et d'essayer de se restructurer en l’absence du leader historique.



À Kanilai, en Gambie, son image est partout. Sur les posters géants, les t-shirts et les pagnes. Son nom est dans toutes les bouches, et pourtant c’est aujourd’hui le grand absent. Réunis au sein du complexe présidentiel, les supporters de l’APRC sont unanimes : ils se sentent orphelins depuis le départ de l'ancien président Yahya Jammeh, désormais en exil en Guinée équatoriale.
 
Peu importent les accusations de violations de droits de l’homme, ils restent fidèles au parti du dictateur. Pourquoi ? Parce que, comme l’affirme un jeune homme présent dans la salle, « on lui faisait confiance ». À ses yeux, l’ancien homme fort du pays « était l’homme qui aidait les jeunes, c’était l’homme qui aidait nos mères, c’était l’homme qui aidait les Gambiens ». Ce fidèle partisan « prie tous les jours » pour que l’ancien président « revienne ».
 
« Avoir une idée » des attentes des citoyens
 
Les cinq sièges glanés par l’APRC à l’occasion des élections législatives d’avril 2017 font bien pâle figure à l’aune des scores en vigueur du temps de Yahya Jammeh. le parti possédait alors pratiquement tous les sièges de l’Assemblée. Pour autant, ses leaders veulent aujourd’hui aller de l’avant.
 
La marée verte dans la salle montre que, dans la région tout du moins, l’APRC peut encore mobiliser. Fabakary Tombong Jatta, président du parti, entend commencer à reconstruire avec les militants. Il veut « rencontrer les gens, collecter leurs idées ». Le but est de savoir « comment ils voient la suite, quelles sont les questions politiques qui les intéressent » afin « d’avoir une idée de ce qu’ils attendent ».
 
Objectif : les élections locales
 
Le député Musa Amul Nyassi a confiance en la capacité de survie de l’APRC dans ce nouveau statut d’opposition. Il voit dans le meeting de Kanilai l’occasion « de faire savoir à [leur] électorat, partout dans le pays, que le parti est là pour durer ». Il affirme ne pas être « frustré » à l’idée « d’être un parti de l’opposition » et se montre combatif : « On va tenir nos positions, on va se regrouper, et on va garder notre détermination. »
 
Objectif de l’APRC pour les prochains mois : redorer son image pour attirer des candidats avec, en ligne de mire, les élections locales de 2018.

Rfi.fr

Dimanche 21 Mai 2017 - 09:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter