Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Hervé Kimenyi, ce comique rwandais qui «rit, mais de choses sérieuses»



Remarqué en juin lors du festival Marrakech du rire, ce comédien de 35 ans va se produire en stand-up le 23 septembre à New York, à l’invitation de la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie, Louise Mushikawabo.
Hervé Kimenyi a entamé une nouvelle vie après son passage au dernier « Gala Afrika » du Marrakech du rire, le 13 juin 2019. Sa première phrase sur scène : « Les Maghrébins, le Maghreb, c’est en Afrique ! On se calme… »

Il aborde la question sensible du racisme, inspiré par l’histoire de Khadidja Benhamou, Miss Algérie 2019, à la peau trop sombre pour certains, qui a reçu une déferlante de messages de haine dans son pays. « Elle a reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux et même bénéficié d’une protection policière à un moment », poursuit Hervé Kimenyi. « Un truc de malade… En Algérie ! En Afrique ! Cela a fait rire la moitié de la salle, et j’ai réalisé que les gens n’étaient pas prêts. »

Le Rwanda, très connecté sur les réseaux sociaux, a tweeté et retweeté des extraits de son sketch, jusqu’à ce qu’il reçoive d’un ami, sur WhatsApp, une capture d’écran d’un tweet de Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). En kinyarwanda, début juillet, l’ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda fait ce commentaire à son sujet : « Il rit, mais de choses sérieuses, c’est un bon ambassadeur du Rwanda. » Ce simple message le fait partir en orbite, dans son pays comme à Bruxelles, où il se trouve alors. La chaîne TV5 Monde l’a appelé, des dates lui ont été proposées, et il a trouvé dans la foulée un manager professionnel.


Être comique et Rwandais, est-ce une contradiction en soi ? À cette question, il répond : « Les gens qui ont souffert ont le sens de l’humour. C’est une soupape de sécurité, un exutoire, une réaction nerveuse face à ce que notre cerveau ne peut pas traiter. C’est une autothérapie qui consiste à se raconter des histoires avant d’aller les dire devant des gens. Par contre, ne venez pas rire de nous, mais avec nous ! »

Enfance africaine, adolescence rwandaise

Né au Burundi en 1984, il se décrit comme un « réfugié de luxe », ses parents ayant travaillé pour les Nations unies au Burkina Faso, au Sénégal et en Guinée-Bissau lorsqu’il était enfant. Il garde de ces années une profonde affection pour l’Afrique de l’Ouest.

En 1996, sa mère décide de rentrer au Rwanda. « Elle en avait assez d’apprendre au téléphone qu’untel était mort, untel aussi, et un autre encore. » Il vit donc une adolescence rwandaise, dans un pays meurtri dont il apprend les codes, progressivement. « Dans la première maison où nous avons vécu, chez mon oncle qui était journaliste, on a retrouvé une grenade derrière la bibliothèque. Une équipe de démineurs est venue, très calme, et a jeté l’engin dans une camionnette comme si ce n’était rien. Le Rwanda a cette capacité de garder ses émotions pour soi. C’est quand on sait lire entre les lignes que l’on comprend, petit à petit. À l’époque, il y avait des mines anti-personnel partout, des ossements. Et les salopards, quand ils sont partis, ont piégé les maisons. Des gens ont gardé longtemps le réflexe d’enjamber le seuil des maisons en levant haut les genoux… Trauma ! »

Autre grande leçon de vie : ses années d’internat au collège Saint-André Nyamirambo. « Sur 500 enfants, il y avait 300 rescapés, et les autres étaient des enfants de génocidaires. Quand ils m’ont raconté ce qu’ils avaient vécu, ça a été une gifle pour moi. » En faculté de droit, il dit s’être amusé pendant un an, avant d’annoncer à son père qu’il abandonnait bourse et études, pour se lancer quelques mois plus tard dans son premier atelier de théâtre, au sein de Ishyo Art Center, la structure montée par la comédienne Carole Karemera.

L’humour, par accident

Hervé Kimenyi est tombé dans l’humour « par accident ». Lorsque Le Revizor, une pièce de l’auteur russe Gogol traduite en kinyarwanda a été présentée à Kigali, 400 personnes ont éclaté de rire comme un seul homme au détour d’une réplique. Hervé Kimenyi se trouvait dans le public. « On n’avait pas l’habitude d’avoir des Rwandais qui rient. Avec trois amis, on a commencé une scène à Ishyo Art Center en 2007, en nous demandant si ce rire, nous pourrions l’avoir tous les soirs. » La scène gagne en notoriété, attirant jusqu’à 2 000 personnes et des sponsors. Aujourd’hui, le Rwanda compte six comiques, invités à se produire partout en Afrique, à l’invitation de comedy clubs.

Entre juillet et août, Hervé Kimenyi a fait plusieurs scènes à Bruxelles, qui lui ont permis de se rôder en se confrontant un public belge. « Certains soirs, les rires ne se déclenchaient que lorsque je parlais en imitant un accent africain. » Il passe son temps à écrire et à tester de nouveaux sketches, largement inspirés par sa vie et son environnement.

Toujours comédien, un métier qu’il veut continuer à exercer, il a par ailleurs joué dans Umurinzi, l’opéra monté par Dorcy Rugamba le 7 avril dernier à Kigali, lors des 25e commémorations du génocide des Tutsis. Cette pièce l’a perturbé. « C’était la première fois que je disais les paroles d’un rescapé, trahi par l’ami de son père. La violence de ce texte m’a touché. Il a fallu que je trouve de la distance, que je montre du respect à la personne dont je lisais les paroles. » Son rêve ? Il est on ne peut plus simple : « Être bien. Que les miens soient bien. »

Rfi

Samedi 21 Septembre 2019 - 19:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter