PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Kémi Séba brûle un billet Cfa et divise les internautes africains...

L'activiste Kémi Séba a brandi un billet 5000 Fcfa avant de le brûler devant la foules de panafricanistes rassemblée à la Place de l'Obélisque (Dakar). Un geste ridicule pour certains. Pour d'autres, un symbole fort dans la lutte contre "l'aliénation monnétique de la France".



Si les internautes africains, qui ont réagi au tweet du présentateur de l'émission "Couleurs tropicales" sur la Rfi, Claudy Siar sont quasiment tous contre le Fcfa, beaucoup d'entre eux n'ont pas aimé le geste de Kémi Séba lors du rassemblement du 19 août à la place de l'Obélisque de Dakar. L'activiste a brandi un billet de 5 000 Fcfa avant de le brûler.

  Le tweet de Claudy Siar est devenu depuis hier le cadre d'un battle d'idées entre pro et anti Kémi Séba. Entre injures et punchlines, les internautes ont approuver ou fustigé le geste de l'ancien chroniqueur du "Grand Rendez-vous" sur la 2Stv. Le bloguer-activiste ivoirien Djibril SILUE y est allé de sa petite réplique pour cogner Kémi Seba : Comme pour lui servir une réponse à la hauteur de son attaque, le Panafricain "Sam" convoque une photo où le leader sud-africain Mandela brûle son laisser-passer pour résister à l'apartheid : Mais il se fait tacler à son tour par "Baptiste Reclu", qui trouve la comparaison avec Mandela déplacée et déphasée : Sous un autre angle, le twitto AMLoKebirMbenSaxir mentionne le président sénégalais, Macky Sall et son conseiller El Haj Kassé, très présent sur le Réseau social Twitter, pour leur signaler le délit commis par Kémi Séba sur le sol sénégalais en brûlant un bien public : Il sera vite recadrer par "çavaller", qui pense que toute révolution aboutie a débuté par un délit : Un peu plus loin, sur Facebook, le journaliste-bogueur Pape Ismaila Dieng, copie le tweet de Claudy Siar et qualifie de débile le geste de Kémi Séba... ...Avant de convoquer l'article 411 du Code pénal sénégalais relatif au délit consistant à brûler un billet de banque : Le délit est irrévocable. Mais le geste, même s'il ne fait pas l'unanimité, est peut-être un grand pas du "Front Anti-Cfa" dans la lutte contre la monnaie imprimée par la France et dont dépend plus de 100 millions d'individus de 14 pays africains qui paient chaque année 50% au trésor public français... Y'en a peut-être assez comme le prétend "koba building" : PS : Claudy Siar a fini par supprimer son tweet. Il s'est expliqué ainsi :

AYOBA FAYE

Dimanche 20 Août 2017 - 13:26




1.Posté par Le vrai le 25/08/2017 13:27
Si l'individu est sincère avec lui, la première des démarches et des actes qu'il aurait du poser aurait été de brûler sa carte d'identité française et son passeport français. On ne peut dénoncer la France et la traiter de tous les noms tout en se gardant bien d'en conserver sa nationalité.

2.Posté par Pat le 26/08/2017 20:24
C'est deplorable de ce concentrer sur un individus qui n a que pour seul reference le mot panafricain dont il ignore sa richesse. Les Panafricains sont des personnes conscient de leur histoire et developement et sont a l oeuvre pour construire et non detruire. on peut dans les finance parler des banques panafricaine les industriels etc. Kémi dans son état psychiatrique est devenu ce fou qui a su utiliser les reseau sociaux pour distraire la jeunesse africaine...quand il ouvrira une epicerie au senegal on lui donnera raison de bruler le cfa...

3.Posté par Hermann AVAHOUIN le 27/08/2017 09:58
L'impérialisme n'a pas à se géner pour se défendre, car les nègres de service suffiront à faire le job. Il ne s'agit pas de discuter seulement du profil psychologique de kemi SEBA mais de comprendre les enjeux de son combat. Somme-nous conernés par son combat? La réponse est OUI. En sommes-nous tous conscients? NON..LES NEGRES DE SERVICES sont là pour défendre la métropole avec les ARGUMENTS DE DROITS, avec raison.

VRAIMENT TRISTE----

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter