L'ONG Sea-Watch veut une enquête après l'incident avec les garde-côtes libyens

L'ONG allemande Sea-Watch demande une enquête indépendante sur l'incident ayant impliqué son navire de secours aux migrants et les garde-côtes libyens, jeudi 11 mai, au large de la Libye. Pour l'ONG, l'Union européenne doit éclaircir son rôle, puisque les garde-côtes libyens sont équipés et formés par la force navale européenne, l'Eunavfor.



Jeudi, une vedette rapide de la marine de Tripoli était soudainement intervenue alors que le bateau de Sea-Watch s'était porté au secours de migrants en détresse. Ces derniers avaient été reconduits en Libye.
 
Pour les responsables de Sea-Watch, le droit maritime et humanitaire a été violé plusieurs fois : dans une manœuvre dangereuse des garde-côtes pour leur couper la route d'abord, et dans le retour forcé des migrants en Libye ensuite. Une plainte sera bientôt déposée auprès du tribunal maritime de Hambourg, une autre auprès de la Cour internationale de justice de La Haye, assure un porte-parole interrogé par RFI.
 
Mais le doute subsiste sur le rôle joué par les autorités européennes. D'après les échanges avec le Centre de coordination des secours en mer, à Rome, il apparaît que c'est bien le Sea-Watch qui a, le premier, été dépêché sur place pour porter secours aux migrants en détresse. Et ce n'est qu'après l'intervention musclée des garde-côtes que le Centre de coordination a confirmé que le commandement de l'opération incombait désormais aux Libyens. Avec les conséquences que l'on sait, notamment le renvoi de force des migrants en Libye, en violation du principe de « non-refoulement ».
 
Une source au sein de la force navale Eunavfor a répondu à RFI ne pas être en mesure de dire à ce stade si les garde-côtes impliqués avaient été formés par elle, ni pouvoir évaluer la teneur de l'incident sur la base des informations dont elle dispose.
 
Le Centre de coordination des secours en mer, à Rome, n'a quant à lui pas encore répondu aux questions de RFI.

Rfi.fr

Samedi 13 Mai 2017 - 02:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter