Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L’instabilité institutionnelle grippe la machine du dialogue social

L’instabilité gouvernementale risque d’hypothéquer sérieusement la prochaine année scolaire. Les syndicats d’enseignants qui devaient finaliser ce lundi 14 septembre le protocole d’accord global et avancer dans la mise en œuvre de dispositions mais compte tenu du départ d’Habib Sy du ministère de la Fonction publique, la signature de ce protocole a été reportée sine die. Le Cadre Unitaire des Syndicats d’Enseignants (CUSE) rue dans les brancards et dénonce «cette volonté de déstabilisation et de déstructuration depuis des années».



L’instabilité institutionnelle grippe la machine du dialogue social
Le réaménagement gouvernemental intervenu au retour de vacances du chef de l’Etat bouleverse la finalisation des accords entre l’Etat et les enseignants. En effet, il a été à l’origine du report sine die de la finalisation protocole d’accord global qui était prévue ce lundi 14 septembre et dont la mise en œuvre de dispositions devrait garantir la stabilité dans l’espace scolaire. «La plénière a constaté avec indignation et dépit le report Sine die de cette réunion par le gouvernement en raison d’un réaménagement de sa composition marquée par le Changement de Ministre de la Fonction Publique», a relevé le Cadre Unitaire des Syndicats d’Enseignants (CUSE) dans leur communiqué parvenu à la rédaction de Pressafrik.com. Et d’ajouter : «lorsque ces changements de Ministre surviennent dans des conditions qui peuvent porter préjudice au dialogue social, nous avons le devoir de tirer la sonnette d’alarme et de mettre l’Etat devant ses responsabilités».

Selon Mamadou Diouf et ses camarades, «l’instabilité institutionnelle caractérisée par le changement permanent de Ministre en charge de la Fonction Publique, de l’Emploi, du Travail et des Organisations Professionnelles est lourde de conséquences à la fois pour le dialogue social et pour la carrière des fonctionnaires». Ils ont, en effet, estimé que «ces changements intempestifs remettent en cause régulièrement des initiatives importantes de dialogue social, retardent des chantiers en cours ou en perspective, et la prise diligente des actes administratifs liés à l’évolution de la carrière de tous les agents de l’Etat».

Le C.U.S.E a, à cet effet, dénoncé cette volonté de «déstabilisation et de déstructuration» depuis des années et exige la convocation sans délais des commissions d’avancement pour les enseignants. «Nous n’accepterons pas d’être les victimes de l’instabilité du Gouvernement et de la non tenue des élections aux CAP/CD», a-t-il prévenu. L’instance faitière des syndicats d’enseignants d’exiger la convocation de la plénière des négociations en vue de la finalisation du protocole d’accord global et tient le Gouvernement pour seul responsable des conséquences de la banalisation de la carrière des Agents de l’Etat et de ces rendez-vous manqués sur le climat de la prochaine rentrée scolaire.

C’est à l’issue d’une rencontre entre les responsables des syndicats d’enseignants membres du CUSE ce vendredi 11 septembre à la maison Iba Ndiaye Diadji que ces résolutions ont été prises. Ils en ont, par ailleurs, profiter pour évaluer la rencontre du 09 Septembre dernier avec le Ministre de l’Enseignement Préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen Secondaire et des Langues Nationales.


Jean Louis Djiba

Samedi 12 Septembre 2009 - 15:44




1.Posté par naomed le 13/09/2009 07:02
Il est bizarre qu'ils ne parlent que de leurs carrières, de leurs avantages, salaires ... jamais des élèves, de leur enseignement, de leur conscience professionnelle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter