Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La GCO qui exploite le Zircon à Diogo vire 22 employés sur la base de discussions privées sur WhatsApp (Documents exclusifs)



Credit photo: Twitter Arame Ndiaye lors de la visite du ministre Mame Thierno Dieng à la GCO le 10 avril 2018
Credit photo: Twitter Arame Ndiaye lors de la visite du ministre Mame Thierno Dieng à la GCO le 10 avril 2018
La société Grande Côte Operations (GCO) qui exploite du zircon au Sénégal, avec la mine de Diogo, commune de Darou Khoudoss (région de Thiès) a pris des mesures radicales contre des employés qui dénonçaient dans un groupe WhatsApp, les conditions d'hébergement et la mauvaise qualité des repas qui leur sont servis, dans un groupe WhatsApp dédié. 

Sur les 32 employés qui ont été ciblés par la direction, 22 d'entre eux ont été licenciés pour faute grave et 10 autres mis à pieds, d'après les informations recueillies par PressAfrik, qui détient la copie d'une des lettres de licenciement dûment signées par Monsieur Michel Privé, Directeur général de la GCO.

Tout est parti des discussions dans un groupe WhatsApp entre employés qui planifiait des actions pour contraindre les responsables de ladite société à trouver une solution à leurs conditions de vie au sein du camp de l'usine où ils sont logés. D'après des photos envoyées par notre source, leurs chambres sont inondées par les eaux de pluies et la bouffe qui est servie n'est pas saine. La direction, qui avait certainement des pions dans ledit groupe, a reçu les éléments de la discussion où certains agents sont allés jusqu'à proposer un arrêt de la production, si leurs supérieurs continuaient à faire la sourde oreille.

Les dates précisées sur la Demande d'explication et la Lettre de licenciement de l'un des employés indiquent que les faits pour lesquels ces employés ont été licenciés se sont déroulés au mois de juillet. 
La Direction affirme s'être basée sur l'article 9 du Règlement intérieur de l'entreprise titré Interdiction générale:
A/Actes de nature à troubler l'ordre
-La provocation ou la participation à une rixe à  l'intérieur de Grande Côte Opération
B/Actes de nature à perturber le travail
-Tout acte de nature à entraver, perturber ou ralentir l'exécution du travail



 

Le Demande d'explication, datant du 03 août, servie à un des 22 employés licenciés
Le Demande d'explication, datant du 03 août, servie à un des 22 employés licenciés








 
"Il ne faudrait pas se laisser intimider... quite à ce que l'on arrête l'usine, la production"

La Lettre de licenciement servie au même employé le 13 août 2020
La Lettre de licenciement servie au même employé le 13 août 2020
PressAfrik a cherché à joindre un juriste pour savoir si les conditions dans lesquelles les 22 employés sont en conformité avec le Code du travail. Les faits qui leurs sont reprochés dans les lettres de licenciement sont : Actes de nature à troubler l'ordre qui est définit dans le Règlement intérieur de la société comme la provocation ou la participation à une rixe à  l'intérieur de Grande Côte Opérations 
Et Actes de nature à perturber le travail, défini comme tout acte de nature à entraver, perturber ou ralentir l'exécution du travail
Or, les employés concernés dans ce cas précis n'ont été auteurs ni d'une rixe à l'intérieur de l'entreprise ni de perturbations ou ralentissement du travail. Même s'ils en avaient le projet comme précisé dans les lettres de licenciement: "Il ne faudrait pas se laisser intimider... quite à ce que l'on arrête l'usine, la production"

Pour le moment, les robes noires contactées n'ont pas voulu avancer sur le sujet. Ils veulent d'abord plus de détails sur le dossier. PressAfrik va revenir dans un prochain article avec un avis juridique sur la chose.

En attendant, la plateforme SOS Mboro, qui s'active dans la zone des Niayes a entamé une médiation pour amener la direction à revenir sur sa décision radicale de licencier ces 22 pères de familles. Ces derniers ont pris l'initiative de se constituer en collectif pour entamer une bataille judiciaire.


AYOBA FAYE

Mardi 18 Août 2020 - 09:46


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Ami le 18/08/2020 21:09
Puisque les juristes attendent d'avoir des details vous devriez faire pareil...c'est dommage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter