Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La Turquie bombarde les rebelles du PKK, le processus de paix menacé

Victime collatérale du drame de Kobane, le processus de paix entre le PKK et le gouvernement turc est sur le point de s’effondrer. Depuis lundi soir, l’armée turque effectue des frappes aériennes sur des positions de la rébellion kurde de Turquie.

Ankara accuse le PKK d’avoir ouvert les hostilités, mais à Diyarbakir, la capitale du Kurdistan turc, la population estime que ce sont les autorités turques qui veulent la fin du processus de paix. L’envoyé spécial de RFI, Daniel Vallot, s’est rendu mardi en fin d’après midi sur les lieux d’une manifestation organisée par les partis pro-kurdes de Diyarbakir.



C’est une manifestation de solidarité avec Kobane et les Kurdes de Syrie qui s’est transformée en défilé de soutien au PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) alors que la rébellion kurde de Turquie est visée depuis lundi soir par les frappes de l’aviation turque.

« L’objectif du gouvernement turc est de détruire le PKK et de détruire le peuple kurde, affirme une jeune manifestante. Ici, nous sommes tous avec le PKK ! Les Turcs pensent qu’ils peuvent dormir tranquilles, mais ils se trompent. Nous les harcèlerons et nous ferons de leur vie un enfer ! »

« Moi j’espère de tout mon cœur que le processus de paix n’est pas mort, mais c’est la Turquie qui a attaqué et il faut être deux pour faire la paix, explique quant à lui un autre manifestant. Si la Turquie veut la guerre, nous n’y pourrons rien changer, mais j’espère vraiment que ce ne sera pas le cas ».

Avec ces frappes aériennes contre le PKK la Turquie révèle quelles sont ses véritables intentions, expliquent les manifestants pro-kurdes de Diyarbakir : Ankara a pour objectif, disent-ils, non pas de contenir l’avancée de l’État islamique, mais bien de mettre au pas les forces du PKK et leurs alliés syriens qui se battent toujours à Kobane.

En tout cas, du côté des partis pro-kurdes de Turquie, on estime que c’est le gouvernement turc qui est responsable de ce regain de violence.


Rfi.fr

Mercredi 15 Octobre 2014 - 10:25