Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La chronique de KACCOR BI de ce mercredi 5 mai



On ne s’ennuie assurément pas dans ce pays qui rêve d’émergence. Ce doux pays dont l’unique carte postale qui résiste au temps demeure l’élégance de ses belles dames en plus de leur pouvoir de séduction démoniaque. Mais quand il s’agit de parler d’autres choses, il faudra repasser. Apparemment, ils n’ont que leurs grandes gueules quand on leur fait des remontrances. On leur dit qu’ils ont mal jugé un citoyen en y mêlant une dose de subjectivité, ils sortent de leurs gonds, la bave à la bouche, détruisant tout sur leur passage.

On leur rappelle les règles d’une bonne justice, ils ne veulent rien entendre et convoquent leur souveraineté sur laquelle un puissant pays ne cesse pourtant de pisser. Pourquoi donc pensez-vous à la France ? Et puis, quelle souveraineté quand on ne cesse de tendre la sébile ! Quand les autres bossent, eux, ils sont dans le temps de la parole. Se croient plus forts en tout. Bref, à commencer par leur boss, ils sont allergiques à la critique et ne veulent point être contredits même s’ils sont dans l’erreur et le savent.

Pendant tout le temps que la presse dénonçait l’état de nos stades, ils ne voulaient rien voir ni rien entendre. Et voilà qu’ils sont rattrapés par leurs turpitudes. Eux qui se croient des bâtisseurs et dont des flagorneurs pensent même que leur Chef est le plus grand de tous ses prédécesseurs, ont été rappelés à l’ordre. Peut-être qu’ils vont porter la réplique à l’instance du football continental, lui rabattre le caquet et rappeler notre souveraineté c’est-à-dire notre liberté de construire des stades et de les laisser dans la décrépitude comme nos routes avec leurs mille trous (Attention, les Kaccoor, je ne pense pas à ce que vous imaginez !).

Liberté, aussi, de construire des hôpitaux hors normes. Pendant ce temps, ils cherchent des coupables. On dira bien que c’est la faute à ce pauvre Augustin Senghor comme si son rôle était de construire des stades. Pas bien sûr la faute à Mactar Ba ! Nos gens ne sont jamais coupables de rien.

KACCOR BI, Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 5 Mai 2021 - 09:27


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter