Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
Liberté - Professionnalisme - Crédibilité
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM




PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)









La classe politique malienne pour une concertation nationale à Bamako


Rédigé le Dimanche 15 Juillet 2012 à 13:21 | Lu 521 fois | 0 commentaire(s)


La situation au Mali était au cœur de la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine à Addis Abeba en Ethiopie. Le Conseil a demandé samedi « la fin des interférences inacceptables de la junte militaire et de ses soutiens civils dans la gestion de la transition ». Il demande de nouveau aux autorités de transition d'entamer des consultations pour la formation d'un gouvernement d'union nationale. A Bamako, les mouvements politiques se parlent : le Front du refus (FDR, opposé aux putchistes) et la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam, favorable aux putchistes) se sont réunis samedi 14 juillet à Bamako, tandis que le Premier ministre Cheik Modibo Diarra était à Paris, pour rencontrer le président intérimaire Dioncounda Traoré, toujours convalescent.


La classe politique malienne pour une concertation nationale à Bamako
C’était leur quatrième rencontre. Le Front du refus (FDR) et la Copam sont au moins d’accord sur un point, comme l'explique Oumar Hamadoun Dicko, l’un des leaders du FDR :
« On a beaucoup de points de divergence, mais il y a beaucoup de points ce convergence : nous en sommes aujourd’hui à une volonté commune de constituer un gouvernement d’union national. Chacun a mis de l’eau dans son vin et chacun pense plutôt à l’avenir de ce pays. »

La même volonté de dialogue se retrouve chez Hamadoun Amion Guindo, le président de la Copam, qui relate : « Tout le monde est d’accord avec cette idée d’aller à une concertation nationale, de tout mettre sur la table et de discuter ensemble en démocrates. Sinon en respect du pays, nous accepterons la décision qui sera prise par la majorité. »

Les regroupements politiques attendent maintenant la feuille de route du gouvernement. C’était l’un des sujets abordés ce samedi à Paris, lors de la rencontre entre le président de la transition Dioncounta Traoré et le Premier ministre Cheik Modibo Diarra.

Ce dernier commente : « La première des choses, c’est la feuille de route de la transition, qui est finie et que nous avons emmené (au président) pour avoir ses observations. La deuxième chose, c’est la formation d’un gouvernement d’ouverture nationale. Et la troisième chose, c’est évidemment l'état des forces armées du Mali, et comment aider ces forces à pouvoir remplir leur devoir régalien. »
Le Premier ministre n’en dit pas plus. « Si j’ai une annonce à faire, ce sera de Bamako », précise Cheik Modibo Diarra.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA a demandé samedi « la fin des interférences inacceptables de la junte militaire et de ses soutiens civils dans la gestion de la transition ». A Kati, la réaction des ex-putschistes maliens.
« Ils sont à côté de la plaque ! » s’exclame le porte-parole du Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l'Etat (CNRDRE). Selon Bakary Mariko, les présidents ouest-africains n’ont qu’à venir à Bamako pour voir que les militaires ne perturbent rien du tout. « Le capitaine Sanogo n’assiste pas au Conseil des ministres, c’est le gouvernement qui gère le pays », renchérit un commandant.

Le CNRDRE accuse aussi la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de fouler au pied l’accord-cadre signé le 6 avril dernier, en revenant sur la proposition d’accorder au capitaine Sanogo le statut d’ancien chef d’Etat. Quant à une intervention militaire ouest-africaine, l’armée n’en veut pas, explique Bakary Mariko.
« L’armée malienne aujourd’hui a les hommes pour faire face à sa mission, estime-t-il. Tout ce qu’elle demande, c’est des moyens logistiques, des conseils et une assistance surtout aérienne pour faire face. Sinon elle ne veut pas de forces d’interposition sur le territoire Malien. »
Le CNDRE a été l’interlocuteur de la Cédéao pour signer l’accord cadre, rappelle son porte-parole. Son avenir dépend donc des Maliens et ne pourrait être exigé avec des menaces et des sanctions, dit-il. En principe, un comité consultatif chargé des réformes militaires - élargi à des civils - a été créé après un vote à l’Assemblée. Mais de fait, le CNRDRE existe toujours.
 
La situation est restée calme samedi 14 juillet à Goundam, cette localité située à une centaine de kilomètres de Tombouctou où la population s'est révoltée la veille contre les islamistes qui contrôlent la ville et qui avaient fouetté une jeune femme qui ne portait pas le voile. Selon des sources jointes sur place, tous les jeunes interpelés vendredi ont été libérés. Toutefois, un jeune a été arrêté ce dimanche pour avoir proféré des menaces contre les islamistes, et a été conduit à Tombouctou. On a appris par ailleurs que l'imam de Goundam et d'autres notables de la ville sont partis pour Tombouctou afin d'y rencontrer les chefs islamistes.
 
RFI




div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019 | Foot | Autres Sports