Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM







PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité






Laurent Gbagbo accuse l’Onuci d’avoir «tiré sur des civils»

Le président sortant ivoirien Laurent Gbagbo a accusé samedi 1er janvier 2011 l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) d'avoir «tiré sur des civils», et a de nouveau exigé son départ du pays. La tension restait vive ce dimanche en Côte d'Ivoire, à la veille d’une nouvelle visite à Abidjan des trois émissaires de Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui vont tenter d’obtenir le retrait de Laurent Gbagbo.


Casques bleus sénégalais devant l'hôtel du Golf, le 27 décembre 2010. Reuters/Thierry Gouegnon
Casques bleus sénégalais devant l'hôtel du Golf, le 27 décembre 2010. Reuters/Thierry Gouegnon
« L'Onuci a tiré sur nos concitoyens, deux de nos concitoyens que vous avez vus à la télévision, qui sont aujourd'hui à l'hôpital militaire d'Abidjan », a déclaré samedi Laurent Gbagbo à la télévision publique RTI.

Il faisait référence à un incident qui a impliqué mercredi à Abidjan des Casques bleus à une foule hostile à Abobo (nord). L'Onuci avait alors formellement démenti avoir tiré sur la foule. « Ce n'est pas le rôle des forces de l'ONU de tirer sur les citoyens, ce n'est même pas leur rôle de faire la guerre. Leur rôle est de rassurer, or, depuis un moment, elles ne rassurent plus », affirmé Laurent Gbagbo. « Aujourd'hui, quand l'Onuci tire sur des civils, ce n'est pas normal et c'est pourquoi je demande leur départ », a-t-il dit. « Je demande vraiment le départ de l'Onuci et le départ de la Licorne qui les accompagne », a-t-il insisté. L'Onuci, composée de 9 000 hommes, est appuyée par 900 soldats français de l'opération Licorne.
La Cédéao a déjà mis « la machine en marche »

Alors que la crise a fait 179 morts ces deux dernières semaines selon l'ONU, qui pointe la responsabilité du pouvoir en place, les chances de succès de la médiation ouest-africaine paraissent minces, même si Laurent Gbagbo évoque « le temps du dialogue ».

Après un passage cette semaine à Abidjan, trois émissaires de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) doivent revenir lundi 3 janvier en Côte d'Ivoire. Les présidents Boni Yayi (Bénin), Ernest Koroma (Sierra Leone) et Pedro Pires (Cap-Vert) vont tenter d'obtenir le retrait du sortant.

Mais en cas d'échec, la Cédéao a averti qu'elle pourrait user de la force et a déjà mis « la machine en marche », préparant des plans pour un « dernier recours » au cours d'une réunion de chefs militaires à Abuja. Ils doivent de nouveau plancher sur la question mi-janvier au Mali. De « nouveaux pas » seront décidés d'ici mardi, a déclaré le chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan, président en exercice de la Cédéao.

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019