Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le Barça au bord d’une grosse crise interne ?

La démission du vice-président blaugrana Jordi Mestre a surpris tout le monde. Très proche du président Bartomeu, le dirigeant catalan a décidé de rendre son tablier en raison de désaccords sur la réorganisation de l’organigramme du club et la refonte de l’effectif. Une annonce forte donc à l’heure où les dirigeants culés tentent de boucler plusieurs dossiers chauds sur le mercato.La nouvelle a pris tout le microcosme barcelonais de court. Hier soir, à la surprise générale, la presse catalane annonçait la démission surprise du vice-président du FC Barcelone, Jordi Mestre. Une information confirmée quelques instants plus tard par le club via un communiqué ne précisant pas les motifs de cette démission. « Jordi Mestre, jusqu’à aujourd’hui vice-président du club, a présenté sa démission irrévocable cet après-midi. (...) Jordi Mestre souhaite remercier les présidents Sandro Rosell et Josep Maria Bartomeu pour leur confiance, ainsi que l’occasion et l’honneur d’avoir servi et défendu les intérêts du FC Barcelone ».

Un événement de taille dans la Ciudad Condal. Très vite, cette annonce tombée au moment où le Barça s’active pour engager Neymar a été considérée comme un signe d’opposition de Mestre vis-à-vis de la politique de recrutement du club. Une tendance fondée sur les anciens propos tenus par le désormais ex-dirigeant catalan lors du départ de Neymar au PSG. En effet, à chaque fois que la voix blaugrana s’est élevée pour critiquer le Brésilien, c’est Mestre qui s’était chargé de le faire. La première fois le 4 février 2018 et une seconde fois, un an plus tard tout pile.

Pourtant, on jure à Barcelone que ce départ soudain n’est pas lié au dossier Neymar. Toutefois, même si c’est le cas, la démission de Mestre place le Barça au bord d’une grosse crise interne. Ami et bras droit du président Josep Maria Bartomeu, ce dernier avait fait savoir qu’il comptait bien quitter le Barça, mais uniquement en 2021, à la fin du mandat du patron actuel du club. Pourquoi alors avoir jeté l’éponge deux ans avant et alors que sa présence à la présentation officielle de Frenkie de Jong (prévue demain) avait été annoncée par la formation culé ?

Le visage du Barça ne plaisait plus à Mestre
Pour expliquer la décision de Mestre, des désaccords sur la réorganisation de l’organigramme du club et la refonte de l’effectif sont annoncés par la presse espagnole. En clair, si Mestre a claqué la porte du Barça, c’est parce qu’il n’apprécie plus le visage que veulent donner au Barça certains dirigeants. Au coeur du problème, le choix du Barça de délaisser au fil des années ce qui a fait sa force par le passé : le réapprovisionnement de l’équipe première par des talents issus de la Masia. Un constat datant de plusieurs années déjà et qui n’a pas changé. Dans son édition du jour, Sport pense que la démission de Mestre est donc surtout un signe fort envoyé aux dirigeants actuels pour que la formation revienne au centre de l’échiquier blaugrana.

Une prise de position qui serait d’ailleurs partagée par beaucoup de personnes au sein du club, mais ce n’est pas tout. De son côté, El Pais explique que les dissensions avec une partie de l’équipe dirigeante en place a également joué un rôle. Le quotidien indique que Mestre était en effet en désaccord avec de nombreux dirigeants au sein de son secteur. De plus, il faisait partie des farouches opposants à la prolongation d’Ernesto Valverde. Et pour cause, Mestre était partisan de l’intronisation de Pep Segura (actuel directeur du football) dans un rôle de manager, fonction qu’occupait Robert Fernandez jusqu’en 2018. Le départ de Mestre, au-delà d’être une perte pour Bartomeu, placerait également Segura en position de faiblesse.

Sport assure même il y a quelques instants que le directeur sportif, contesté en interne, a l’intention de présenter sa démission au patron du Barça et sa direction aujourd’hui ou demain. Ces dernières heures, les médias locaux ont indiqué que le président a choisi de ne pas forcément nommer de successeur. Ses actuels seconds, Éric Abidal et Ramon Planes, prendraient la suite. Attendu devant les médias demain dans le cadre de la présentation de Frenkie de Jong, Josep Maria Bartomeu va donc devoir s’expliquer. Car à Barcelone, voir la direction du club branler de la sorte en pleine de campagne de recrutement ne rassure personne.



 Le Barça au bord d’une grosse crise interne ?
La nouvelle a pris tout le microcosme barcelonais de court. Hier soir, à la surprise générale, la presse catalane annonçait la démission surprise du vice-président du FC Barcelone, Jordi Mestre. Une information confirmée quelques instants plus tard par le club via un communiqué ne précisant pas les motifs de cette démission. « Jordi Mestre, jusqu’à aujourd’hui vice-président du club, a présenté sa démission irrévocable cet après-midi. (...) Jordi Mestre souhaite remercier les présidents Sandro Rosell et Josep Maria Bartomeu pour leur confiance, ainsi que l’occasion et l’honneur d’avoir servi et défendu les intérêts du FC Barcelone ».
Un événement de taille dans la Ciudad Condal. Très vite, cette annonce tombée au moment où le Barça s’active pour engager Neymar a été considérée comme un signe d’opposition de Mestre vis-à-vis de la politique de recrutement du club. Une tendance fondée sur les anciens propos tenus par le désormais ex-dirigeant catalan lors du départ de Neymar au PSG. En effet, à chaque fois que la voix blaugrana s’est élevée pour critiquer le Brésilien, c’est Mestre qui s’était chargé de le faire. La première fois le 4 février 2018  et une seconde fois, un an plus tard tout pile.
Pourtant, on jure à Barcelone que ce départ soudain n’est pas lié au dossier Neymar. Toutefois, même si c’est le cas, la démission de Mestre place le Barça au bord d’une grosse crise interne. Ami et bras droit du président Josep Maria Bartomeu, ce dernier avait fait savoir qu’il comptait bien quitter le Barça, mais uniquement en 2021, à la fin du mandat du patron actuel du club. Pourquoi alors avoir jeté l’éponge deux ans avant et alors que sa présence à la présentation officielle de Frenkie de Jong (prévue demain) avait été annoncée par la formation culé ?

Le visage du Barça ne plaisait plus à Mestre

Pour expliquer la décision de Mestre, des désaccords sur la réorganisation de l’organigramme du club et la refonte de l’effectif sont annoncés par la presse espagnole. En clair, si Mestre a claqué la porte du Barça, c’est parce qu’il n’apprécie plus le visage que veulent donner au Barça certains dirigeants. Au coeur du problème, le choix du Barça de délaisser au fil des années ce qui a fait sa force par le passé : le réapprovisionnement de l’équipe première par des talents issus de la Masia. Un constat datant de plusieurs années déjà  et qui n’a pas changé. Dans son édition du jour, Sportpense que la démission de Mestre est donc surtout un signe fort envoyé aux dirigeants actuels pour que la formation revienne au centre de l’échiquier blaugrana.
Une prise de position qui serait d’ailleurs partagée par beaucoup de personnes au sein du club, mais ce n’est pas tout. De son côté, El Pais explique que les dissensions avec une partie de l’équipe dirigeante en place a également joué un rôle. Le quotidien indique que Mestre était en effet en désaccord avec de nombreux dirigeants au sein de son secteur. De plus, il faisait partie des farouches opposants à la prolongation d’Ernesto Valverde. Et pour cause, Mestre était partisan de l’intronisation de Pep Segura (actuel directeur du football) dans un rôle de manager, fonction qu’occupait Robert Fernandez jusqu’en 2018. Le départ de Mestre, au-delà d’être une perte pour Bartomeu, placerait également Segura en position de faiblesse.
Sport  assure même il y a quelques instants que le directeur sportif, contesté en interne, a l’intention de présenter sa démission au patron du Barça et sa direction aujourd’hui ou demain. Ces dernières heures, les médias locaux ont indiqué que le président a choisi de ne pas forcément nommer de successeur. Ses actuels seconds, Éric Abidal et Ramon Planes, prendraient la suite. Attendu devant les médias demain dans le cadre de la présentation de Frenkie de Jong, Josep Maria Bartomeu va donc devoir s’expliquer. Car à Barcelone, voir la direction du club branler de la sorte en pleine de campagne de recrutement ne rassure personne.

footmercato

Vendredi 5 Juillet 2019 - 09:36


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter