Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le Covid-Organics du président malgache ne parvient pas à stopper le Covid-19



Le Covid-Organics du président malgache ne parvient pas à stopper le Covid-19
Les hôpitaux de Madagascar ont du mal à faire face à une recrudescence de cas de Covid-19, tandis que le président fait la promotion d'un produit non homologué qui, selon lui, peut guérir la maladie malgré la mise en garde de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) contre l'utilisation de remèdes non testés.

Les cas ont quadruplé au cours du mois dernier dans l'île de l'océan Indien, avec plus de 13 000 infections et 162 décès dus au coronavirus, qui s'est propagé à toutes les régions sauf une.

Malgré ce pic, le président Andry Rajoelina reste fidèle à la décoction de plantes appelée Covid-Organics, qui a été lancée en grande pompe en avril.

Elle est produite par l'Institut malgache de recherche appliquée à partir de la plante d'artémisia - la source d'un ingrédient utilisé dans un traitement contre la malaria - et d'autres plantes malgaches.

La boisson a été commercialisée en tant que prévention et remède - et depuis quatre mois, elle est proposée aux enfants à l'école.
 Plus tôt dans le mois, le président était à nouveau en train de distribuer le Covid-Organics, ainsi que des produits de première nécessité tels que le riz, l'huile, le sucre, aux communautés pauvres de la capitale, Antananarivo.

Il a été critiqué pour avoir attiré les foules lors d'un confinement, mais il est restée optimiste : "L'épidémie ne durera pas, elle ne fait que passer et nous la vaincrons".

Il a également laissé entendre que le nombre de personnes infectées n'était pas élevé dans les banlieues de la capitale où la distribution gratuite de la boisson avait commencé, il y a quelques mois.

L'OMS se dit favorable aux innovations basées sur les remèdes traditionnels, mais elle veut des preuves scientifiques avant de soutenir leur utilisation.

Jusqu'à présent, aucun résultat d'essais cliniques n'a été rendu public - ce qui n'a pas empêché le tonique de devenir une source de fierté africaine pour certains. Des envois gratuits ont été effectués dans des dizaines de pays africains.

Le gouvernement a cherché à contrer le scepticisme croissant à son égard, tant dans le pays qu'à l'étranger.

"Ce n'est pas parce que nous avons des préservatifs que nous devons faire attention au Sida ou que le sida est terminé ? C'est la même chose", déclare la directrice de la communication du président, Rinah Rakotomanga.

"La majorité des gens qui ont utilisé le produit et qui n'ont pas de maladie chronique se sont complètement rétablis, nous sommes fiers d'avoir ce remède contre la maladie. C'est dans notre culture, en tant que Malgaches, d'utiliser des décoctions comme celle-ci... tant que ça marche, nous n'avons pas besoin d'essais cliniques".

Cependant, la plupart des personnes atteintes du coronavirus commenceront à se rétablir rapidement après quelques jours de repos - ce ne sont que celles qui ont des problèmes de santé sous-jacents qui risquent de développer des symptômes graves.
Plus tôt dans le mois, le président était à nouveau en train de distribuer le Covid-Organics, ainsi que des produits de première nécessité tels que le riz, l'huile, le sucre, aux communautés pauvres de la capitale, Antananarivo.

Il a été critiqué pour avoir attiré les foules lors d'un confinement, mais il est restée optimiste : "L'épidémie ne durera pas, elle ne fait que passer et nous la vaincrons".

Il a également laissé entendre que le nombre de personnes infectées n'était pas élevé dans les banlieues de la capitale où la distribution gratuite de la boisson avait commencé, il y a quelques mois.

L'OMS se dit favorable aux innovations basées sur les remèdes traditionnels, mais elle veut des preuves scientifiques avant de soutenir leur utilisation.

Jusqu'à présent, aucun résultat d'essais cliniques n'a été rendu public - ce qui n'a pas empêché le tonique de devenir une source de fierté africaine pour certains. Des envois gratuits ont été effectués dans des dizaines de pays africains.

Le gouvernement a cherché à contrer le scepticisme croissant à son égard, tant dans le pays qu'à l'étranger.

"Ce n'est pas parce que nous avons des préservatifs que nous devons faire attention au Sida ou que le sida est terminé ? C'est la même chose", déclare la directrice de la communication du président, Rinah Rakotomanga.

"La majorité des gens qui ont utilisé le produit et qui n'ont pas de maladie chronique se sont complètement rétablis, nous sommes fiers d'avoir ce remède contre la maladie. C'est dans notre culture, en tant que Malgaches, d'utiliser des décoctions comme celle-ci... tant que ça marche, nous n'avons pas besoin d'essais cliniques".

Cependant, la plupart des personnes atteintes du coronavirus commenceront à se rétablir rapidement après quelques jours de repos - ce ne sont que celles qui ont des problèmes de santé sous-jacents qui risquent de développer des symptômes graves.
 Mais le ministère de la santé a été beaucoup plus prudent dans son approche - conseillant aux hôpitaux de n'administrer le Covid-Organics qu'aux patients présentant des symptômes légers et qui ne souffrent pas d'autres maladies comme le diabète.

Le consentement des personnes traitées est également nécessaire, selon son protocole de conseil.
 Malgré l'optimisme du président, des décès dus à des coronavirus sont signalés quotidiennement.

Le mois dernier, le ministre de la santé Ahmad Ahmad a lancé un appel à l'aide internationale pour obtenir du matériel, car il s'est dit préoccupé par le fait que les hôpitaux se remplissent rapidement - ce qui lui a valu les reproches de la présidence.
 Le ministère de la défense a alors lancé un appel pour trouver des médecins et des infirmières volontaires pour soutenir le personnel d'un centre de traitement installé au stade Mahamasina à Antananarivo.

Ce centre a été ouvert début août et des dizaines de patients ont déjà été reçus. L'un des hôpitaux qui a du mal à faire face à l'afflux de patients est le centre de santé universitaire d'Andohatapenaka à Antananarivo - il ne prend que les cas graves de coronavirus, en particulier les patients qui souffrent également d'autres affections.

Selon le directeur de l'hôpital, Raveloson Nasolotsiry, il y a entre 50 et 56 lits constamment occupés. Dès que les patients commencent à aller mieux, ils sont transférés dans d'autres centres de traitement pour faire de la place aux nouveaux arrivants.

Il s'attend à ce que les cas graves continuent d'arriver car c'est l'hiver dans les hauts plateaux du centre.

"Les patients atteints d'une forme grave de la maladie sont déjà vulnérables et sensibles aux variations saisonnières", a-t-il déclaré.

Ils pourraient également confondre leurs symptômes avec ceux de la grippe et ne pas consulter un médecin immédiatement pour vérifier s'ils sont infectés par le Covid-19, prévient-il.

Les agents de santé en première ligne se sentent également vulnérables, y compris ceux de l'hôpital principal du pays.

"Nous avons été complètement exposés", a déclaré Sitraka Randrianasolo, 27 ans, interne à l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona de la capitale, où plusieurs médecins ont été testés positifs au Covid-19 ces dernières semaines.

"Un patient s'est présenté aux urgences et est mort 24 heures plus tard. Il s'est avéré qu'il avait le Covid-19. Je l'ai traité sans équipement de protection approprié. Je n'avais qu'un masque en tissu que j'ai ramené de chez moi. J'ai fait le test plus tard, et heureusement je n'ai pas été infecté".

Le Covid-Organics du président malgache ne parvient pas à stopper le Covid-19
Selon lui, la situation s'est améliorée depuis qu'une entreprise privée a fait don de masques et de gants de protection à l'établissement. Le gouvernement a essayé d'envoyer des équipements aux hôpitaux de différentes régions.

Mais pour Jerisoa Ralibera, président du syndicat des ambulanciers SISFM, les efforts du gouvernement sont trop faibles, trop tardifs.

"L'État fait mieux maintenant en ce qui concerne les équipements de protection, mais cela ne suffit pas pour endiguer l'épidémie, les agents de santé continuent d'utiliser les mêmes équipements de protection à usage unique, en particulier les blouses et les combinaisons, et il n'y a pas assez de médicaments", a-t-il déclaré.

Le confinement est levé malgré les craintes
Selon le SISFM, des dizaines de membres du personnel de santé ont été infectés par le Covid-19.

BBC

Vendredi 14 Août 2020 - 12:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter