Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le Parlement libyen vote la rupture des relations avec la Turquie



Le Parlement libyen, installé à Benghazi, rompt ses relations avec la Turquie, lors d'une session convoquée en urgence samedi 4 janvier à Benghazi.

Les organisations internationales s'inquiètent, de la situation en Libye, où la Turquie veut envoyer des troupes, en soutien au Gouvernement d'union nationale. Le GNA est confronté, depuis le mois d'avril, à une offensive des troupes du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, en direction de la capitale, Tripoli. Alors que les députés turcs ont validé une motion jeudi, pour permettre le déploiement de soldats sur le sol libyen,l'Union africaine et les Nations unies mettent en garde contre les conséquences d'une telle opération. Dans le même temps, en Libye, le camp de Haftar réagit lui aussi.

Le Parlement libyen, qui ne reconnaît pas la légitimité du Gouvernement d'union nationale (GNA) établi à Tripoli, a voté samedi 4 janvier la rupture des relations avec la Turquie. Lors d'une session « urgente » à Benghazi (est), le Parlement « a voté à l'unanimité la rupture des relations avec la Turquie », a déclaré son porte-parole, Abdallah Bleheq. Il a aussi approuvé « l'annulation des mémorandums de sécurité et de coopération militaire (...) entre le gouvernement » de Fayez al-Sarraj et Ankara, a-t-il ajouté. Difficile, toutefois, de savoir combien de députés étaient présents, et si le quorum est atteint.

Élu en 2014, le Parlement est un allié du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen qui a lancé en avril une offensive contre le GNA.

Vendredi soir déjà, Khalifa Haftar s'est exprimé, sur une chaîne de télévision proche de son camp. L'homme fort de l'Est libyen a appelé à la mobilisation générale, contre cette intervention militaire, dans laquelle il voit une tentative de recolonisation de la Libye, ancienne province de l'Empire ottoman.

Fin novembre, le Gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj avait signé deux accords avec la Turquie. L'un porte sur la coopération militaire et l'aide que la Turquie pourrait apporter au GNA dans sa lutte contre les troupes du maréchal Haftar. Le second permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale riches en hydrocarbures, au grand dam de la Grèce, de l'Égypte, de Chypre et d'Israël.

Rfi

Samedi 4 Janvier 2020 - 18:17


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter