Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le « Slip français » qui sent bon commercialisé

On en parlait depuis quelques mois déjà, il est désormais possible de l'acheter ! Le slip qui sent bon, une innovation bleu-blanc-rouge, a été lancé ce mercredi par la toute jeune marque Le slip français, en collaboration avec Lemahieu, société vieille de soixante-six ans qui a apporté son savoir-faire technique pour sa fabrication.



Le « Slip français » qui sent bon commercialisé
La particularité de ce sous-vêtement «technologique» ? «Vous recevez le Slip : il ne sent rien. Vous enfilez le Slip : il ne sent rien. Vous commencez à marcher : vous sentez bon du Slip !», promet la marque. Si l'idée d'un slip qui sente bon (grâce à un parfum original à base de musc et de touches de poire) revient à Guillaume Gibault, le fondateur du Slip français, sa traduction dans les faits n'a été possible que grâce au principe de la micro-encapsulation, que contrôle Lemahieu, expert des «cosmétotextiles».

«Sentez bon du slip»

En gros, le parfum des micro-capsules intégrées au tissu ne se libère que grâce aux frottements naturels du corps. «Il peut tenir une trentaine de lavages», assure la co-directrice générale Edith Lemahieu. Labellisé «Origine France garantie», ce produit démontre, selon le directeur général de Lemahieu Olivier Diers, qu'il est «possible de fabriquer en France, malgré la délocalisation massive de l'industrie textile, mais qu'il est nécessaire d'innover pour trouver un marché».

Appuyé par une promotion audacieuse : «Sentez bon du slip», ou «Vous voulez changer le monde, commencez par changer de slip» et par un financement participatif via le site My Major Company, Le slip français propose du haut de gamme à prix compétitif (35€ pour un slip, 40€ pour un boxer).

Il est possible de s'offrir le slip qui sent bon sur internet et dans quelques dizaines de boutiques. L'offre a par ailleurs été étendue aux maillots de bain, tee-shirts, espadrilles et autres charentaises made in France. «Le chiffre d'affaires pourrait flirter avec le million d'euros en 2013» estime Guillaume Gibault, ancien d'HEC âgé de 28 ans.

leparisien.fr



Jeudi 4 Juillet 2013 - 16:10


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter