Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le blessé de guerre condamné pour abus de confiance portant sur près de 2 millions Fcfa

Le blessé de guerre, Ibrahima Fall, a été condamné, mardi, à un mois de prison avec sursis, par le tribunal des Flagrants délits de Dakar. Il est reconnu coupable du chef d'abus de confiance portant sur la somme d'un million 920 mille francs Cfa au préjudice de son employeur. Selon lui, cette somme, destinée au paiement de la taxe pour les armes des vigiles de la Société, a été remise par inadvertance, à une autorité du ministère des Finances et du Budget.



Le blessé de guerre condamné pour abus de confiance portant sur près de 2 millions Fcfa
C'est un ancien militaire, blessé de guerre, qui a été attrait, mardi, devant la barre du Tribunal des Flagrants délits de Dakar. Ibrahima Fall, puisque que c'est de lui qu'il s'agit, est poursuivi pour abus de confiance portant sur la somme de 1 millions 920 mille francs Cfa, au préjudice de son employeur Demba Ka. Devant la juge, il reconnaît les faits et évoque une erreur de sa part. En effet, selon lui, l'argent, qui était destiné au paiement de la taxe pour les armes des vigiles de l'entreprise, a été remis, par inadvertance, à une autorité du ministère des Finances et du Budget.

"Je devais donner à la personne qui travaille au ministère des Finances, la somme de 1 millions 200 mille francs Cfa et, par inadvertance, je lui ai donné la somme qui était destinée au paiement de la taxe. Je reconnais n'avoir pas effectué le mandat, qui m'était assigné. C'était la première fois qu'on me demandait de payer cette taxe. Je devais effectuer le paiement au Trésor. Mais j'étais submergé par les multiples tâches qu'on m'avait imputées. C'est la raison pour laquelle j'ai commis cette erreur. En quittant le ministère de l'Intérieur, je me suis rendu compte de l'erreur", a-t-il expliqué, selon Source A, qui rapporte le contenu de l'audience.

"Depuis 4 ans, je n'ai jamais eu de congés", narre le prévenu, marié et père de cinq enfants. Venu défendre les intérêts de la partie civile, Me Abdou Abel Dall  sollicite le maintien du mis en cause dans les liens de prévention. Selon la robe noire, l'abus de confiance est suffisamment caractérisé, d'autant plus qu'Ibrahima a reconnu avoir reçu l'argent et qu'il n'a pas effectué le mandat. Pour la réparation du préjudice fait à son client, l'avocat réclame la somme d'un million 920 mille francs Cfa.

A la suite du Parquet qui a requis l'application de la loi, Me Abdoulaye Tall, conseil de la défense, a sollicité une peine assortie du sursis. En effet, selon Me Tall, son client, est coupable. Mais il précise que sa culpabilité est due à une erreur. "Quand il a eu le courage de raconter à son employeur l'erreur qu'il a commise, on lui a signifié de façon verbale, son licenciement. Il a remis l'argent à un certain Dia qui travaille au ministère des Finances. Il a entrepris toutes les démarches pour revoir ce monsieur et lui faire savoir qu'il y a eu une erreur. Mais malheureusement, en cette période de Covid -19, ça n'a pas abouti. En remettant cet argent à cette autorité, il n'a pas demandé une décharge", a soutenu l'avocat.

Au terme des plaidoiries, le mis en cause, Ibrahima Fall, est déclaré coupable du délit d'abus de confiance. Pour la répression, il a écopé d'une peine d'un mois assorti du sursis. En sus de sa peine, il est condamné à allouer, à la partie civile, la somme de 1 million 920 mille francs Cfa.  
 

Fatoumata Bintou NDOUR (Stagiaire)

Mercredi 9 Septembre 2020 - 12:40


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter