Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le rite de la secte Kanungu en Ouganda qui a fait 700 morts



Le rite de la secte Kanungu en Ouganda qui a fait 700 morts
Judith Ariho ne verse pas de larmes en se souvenant du massacre de l'église dans lequel sa mère, ses deux frères et sœurs et quatre autres parents ont perdu la vie.

Ils figuraient parmi les 700 personnes au moins qui sont mortes lors de ce culte.

Il y a exactement 20 ans, dans le district de Kanungu, au sud-ouest de l'Ouganda, ils ont été enfermés dans une église, les portes et les fenêtres clouées de l'extérieur.

L'église a ensuite été incendiée.

Deux décennies plus tard, l'horreur de l'événement est encore trop grande pour Mme Ariho, qui semble pouvoir faire face au traumatisme qu'en se fermant à toute émotion.

Les morts étaient membres du Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu - un culte de l'apocalypse qui croyait que le monde prendrait fin au tournant du millénaire.

"La fin des temps présents", comme le dit un de ses livres, est survenue deux mois et demi plus tard, le 17 mars 2000.

Vingt ans plus tard, personne n'a été poursuivi pour ce massacre et les dirigeants de la secte, s'ils sont encore en vie, n'ont jamais été retrouvés.

Anna Kabeireho, qui vit toujours sur une colline surplombant les terres que possédait l'église, n'a pas oublié l'odeur qui a envahi la vallée ce vendredi matin.

"Tout était couvert de fumée, de suie et de la puanteur de la chair brûlée. Cela semblait aller jusqu'aux poumons", se souvient-elle.

"Tout le monde courait dans la vallée. Le feu continuait à brûler. Il y avait des douzaines de corps, brûlés à un point tel qu'on ne pouvait plus les reconnaître.

"Nous nous sommes couverts le nez de feuilles aromatiques pour éloigner l'odeur. Pendant plusieurs mois après, nous ne pouvions plus manger de viande."

Kanungu est une région fertile et paisible, faite de collines vertes et de vallées profondes, couverte de petites fermes.

La descente dans la vallée qui était autrefois le siège du Mouvement religieux doit être effectuée à pied.

De là, il est facile de voir comment la communauté religieuse a maintenu son existence loin du grand public, à la limite caché.

Le chant des oiseaux rebondit sur les collines et on entend le bruit d'une chute d'eau au loin. C'est le cadre idéal pour une existence contemplative.

Mais il ne reste rien de l'édifice qui a été aspergé d'essence et mis en feu.

Au bord de l'endroit où il se trouvait se trouve un long monticule de terre, seul repère pour le charnier dans lequel les restes du brasier ayant consumé 700 personnes ont été enterrés.
Les fidèles avaient été attirés par les leaders charismatiques Credonia Mwerinde, ancienne barman et travailleuse du sexe, et Joseph Kibwetere, ancien employé du gouvernement, qui ont déclaré avoir eu des visions de la Vierge Marie dans les années 1980.

Ils ont enregistré le Mouvement comme un groupe dont le but était d'obéir aux dix commandements et de prêcher la parole de Jésus-Christ.

Les icônes chrétiennes étaient très présentes dans l'enceinte du mouvement et le culte avait des liens ténus avec le catholicisme romain, dont la direction était dominée par un certain nombre de prêtres et de religieuses défroqués, dont Ursula Komuhangi et Dominic Kataribabo.

Le rite de la secte Kanungu en Ouganda qui a fait 700 morts
Les croyants vivaient le plus souvent en silence, utilisant parfois des signes pour communiquer.

Les questions étaient envoyées à Mwerinde par écrit.

Connue sous le nom de "programmeuse", elle était, dit-on, le cerveau du fonctionnement de l'établissement et répondait par écrit.

Mme Ariho, 41 ans, a rejoint le Mouvement avec sa famille lorsqu'elle avait 10 ans.

Sa mère, veuve, avait du mal à élever trois enfants, dont l'un souffrait de maux de tête persistants.

Le groupe de Kibwetere lui offrait la prière et un sentiment d'appartenance, dit-elle.

La communauté autonome accueillait des familles entières, pourvoyant à tous leurs besoins.

Les membres cultivaient leur propre nourriture, géraient des écoles et utilisaient leurs compétences pour contribuer au travail.

La famille de Mme Ariho a accueilli une branche de l'église d'environ 100 membres dans leur enceinte, à 2 km de la ville de Rukungiri.

"La vie tournait autour de la prière, bien que nous pratiquions également l'agriculture", dit-elle.

"Nous avons fait tout ce qui était possible pour éviter le péché. Parfois, si vous péchiez, ils vous ordonnaient de réciter le chapelet [une prière à Dieu] 1000 fois.

"Vous deviez le faire, et aussi demander à vos amis et à votre famille de vous aider, jusqu'à ce que vous ayez purgé votre peine."

La dévotion au Mouvement impliquait régulièrement un pèlerinage sur une colline rocheuse et escarpée à proximité.

Après une rude randonnée à travers une forêt d'eucalyptus, accrochés à des rochers et agrippés à des touffes d'herbe, les fidèles atteignaient un rocher qui, selon eux, représentait la Vierge Marie.
 En traversant son village, elle montre du doigt les fermes des voisins immédiats.

"Là-bas, ils ont perdu une mère et ses onze enfants, et dans cette maison, une mère et ses huit enfants sont morts aussi", dit-elle en déplaçant son regard vers le sol.

Mme Ariho ne s'était pas rendue à Kanungu car en 2000, elle s'était mariée dans une famille qui ne faisait pas partie du Mouvement.

Mais elle se souvient que les dirigeants avaient une emprise omnisciente sur les fidèles, disant que Mwerinde et Komuhangi semblaient être conscients de chaque péché qui avait été commis dans les lointaines sorties de l'église.

Lorsqu'un adepte enfreignait les règles, les deux femmes versaient des larmes de sang, dit-elle.

Mais il semble que les dirigeants de la secte aient également commis des meurtres et des tortures avant le massacre final.

A Kanungu, il existe de nombreuses fosses larges et profondes où des dizaines de corps, dont on pense qu'ils ont été jetés pendant plusieurs années, ont été récupérés quelques jours après l'incendie.

Au fond de ce qui semble être un immeuble de bureaux en ruine se trouvent deux autres fosses, qui auraient été des chambres de torture. Des fosses ont également été trouvées près d'autres branches de l'église.

On ne sait toujours pas ce qui a transformé les membres ordinaires de la société en chefs de secte meurtriers.

Avant ses apparitions, Kibwetere était un homme qui avait réussi, et un membre régulier de la communauté catholique romaine.

Bbc

Mercredi 18 Mars 2020 - 09:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter