Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le technicien français Patrice Neveu est contre l'arbitrage vidéo

​Ancien sélectionneur de la RDC, de la Guinée et de la Mauritanie, le technicien français Patrice Neveu jette un œil aiguisé sur le Mondial 2018 en Russie. Il explique à RFI pourqoui il est contre l'arbitrage vidéo



Le technicien français Patrice Neveu est contre l'arbitrage vidéo
Avant le début de ce Mondial, j’étais contre la vidéo, et je m’aperçois que l’arbitrage d’aujourd’hui fait encore plus parler qu’avant. Je ne pense pas que cela va s’améliorer comme le prétendent certains. C’est tout de même bizarre comme gestion. On se retrouve à regarder des matches avec des arbitres qui font appel à l'image et d’autres non. Où est la règle ?

Parfois, je vois des fautes et l’arbitrage central ou vidéo ne semble pas vouloir faire intervenir l'image. Sur le but de Cristiano Ronaldo face au Maroc, j'estime qu'il y a une faute sur l’attaquant Khaled Boutaïb. Je trouve qu’il y a trop d’erreurs de jeu qui ne sont pas revues à la vidéo.

Franchement, je cherche encore ce qu’apporte la vidéo au football. De tout temps, l’arbitre était le maître du jeu. Et tout le monde sait qu’il ne peut pas tout voir précisément. Et c’est vrai pour les deux équipes. D’ailleurs, on a coutume de dire que sur une saison, les erreurs d’arbitrage s’équilibrent. Est-ce que les injustices ne grandissent pas avec cet arbitrage vidéo ? On a coutume de dire qu’un bon arbitre, c’est quelqu’un dont on ne parle pas si la rencontre s’est bien déroulée !

J’ai peur que ce système de vidéo déresponsabilise et décrédibilise l’arbitre. Il a un élément supérieur au-dessus de la tête. Franchement, il a déjà assez de pression comme cela. Il doit tout le temps se dire qu’il a oublié quelque chose. L’arbitre, c’est le patron. Même s’il commet une erreur, il doit rester seul juge. Jusqu’au bout de la Coupe du monde, je continuerai à penser que Michel Platini avait raison. Laissons le jeu se dérouler. Le foot, c'est aussi un peu de roublardise, et des subtilités. Quelques fois, un petit coup d’épaule peut faire la différence et ça fait partie de la rencontre et de l'histoire de ce sport.

Rfi

AYOBA FAYE

Samedi 23 Juin 2018 - 13:25


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter