Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les dossiers brûlants qui attendent Joe Biden en Afrique

Le nouveau président élu des États-Unis devra notamment se pencher sur la situation explosive en Éthiopie, la poursuite de l'accompagnement de la transition démocratique au Soudan et la gestion de la menace shebab en Somalie.



Les dossiers brûlants qui attendent Joe Biden en Afrique
En Afrique de l’Est, le premier dossier brûlant qui arrivera sur le bureau de Joe Biden sera l’Éthiopie, rappelle notre correspondant à Nairobi, Sébastien Nemeth. Le 4 novembre, l’État fédéral a lancé une offensive armée contre le Tigré, une région du nord du pays en rupture avec le pouvoir. Impossible de savoir si les affrontements vont durer jusqu’à l’entrée en fonction officielle de Joe Biden le 20 janvier mais l’Éthiopie restera un dossier urgent à suivre.
 
Ce conflit menace de déstabiliser la région. L’Éthiopie est devenue une poudrière, avec des violences ethniques régulières et une élection très tendue prévue l’année prochaine. Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a félicité Joe Biden et Kamala Harris pour ce qu’il a appelé « une victoire historique », disant « avoir hâte de travailler étroitement » avec eux.
 
Comment accompagner la transition au Soudan ?
Le Soudan comptera aussi parmi les sujets à examiner rapidement pour le nouveau président américain. Après la révolution, le pays poursuit sa transition, avec une grave crise économique et d'importantes tensions sociales. Restera à savoir comment Joe Biden continuera à soutenir cette transition, avec quelles aides et quelles contreparties.
 
Donald Trump avait annoncé la levée des sanctions contre Khartoum. Il avait enclenché le processus pour retirer le pays de la liste des États sponsorisant le terrorisme. Cette procédure se trouve devant le Congrès qui doit se prononcer début décembre. Comme les nouveaux élus américains n’entreront pas en fonction avant janvier, la mesure devrait passer facilement.  La levée de cette sanction devrait rapprocher davantage Washington et Khartoum, et pourrait bénéficier politiquement à Joe Biden, même s’il n’en est pas l’instigateur.
 
En échange, Washington exigeait une reconnaissance d’Israël et les discussions sont en cours entre les Soudanais et l’État hébreu. Là encore, peu de chances que Joe Biden mette un coup d’arrêt à ces négociations qui se trouvent à un stade assez avancé. Là encore, il pourrait recueillir quelques lauriers politiques si la normalisation survient après sa prestation de serment.
 
Le Premier ministre soudanais ne s’y est pas trompé puisqu’hier soir, Abdallah Hamdock a indiqué avoir hâte de « continuer à rapprocher les deux pays, à renforcer l’amitié et la coopération entre Khartoum et Washington ». Mais la future administration Biden va devoir suivre de près la suite de cette transition encore loin d’être finie. Elle va rester fragile car la fin des sanctions ne devrait pas se faire sentir avant des mois. Sans compter qu’en 2022, le Soudan connaîtra des élections historiques mais probablement très incertaines et volatiles.

RFI

Lundi 9 Novembre 2020 - 08:16


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter