Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les migrants accusent la Grèce de les refouler en mer



Les migrants accusent la Grèce de les refouler en mer
Aux premières heures d'un dimanche de fin novembre, Jeancy Kimbenga, 16 ans, a tenté de rejoindre l'Europe pour la troisième fois. Ce jour-là, il était à bord de l'un des trois canots pneumatiques qui ont débarqué de Turquie sur l'île grecque de Lesbos.

Ce jour là, comme lors de ses deux précédentes tentatives, Jeancy affirme avoir été renvoyé de force dans les eaux turques.

C'est ce que l'on appelle les refoulements. Sans considération de la situation individuelle des migrants et sans aucune possibilité de demander l'asile, ces refoulements sont illégaux au regard du droit international des droits de l'homme.

La Grèce a nié avoir recours à de telles méthodes, insistant sur le fait qu'elle se conforme au droit européen et international et qu'elle protège les frontières de l'Union européenne.
 Lors de cette troisième tentative pour se rendre dans l'UE, Jeancy, qui est originaire de la République démocratique du Congo, a documenté une partie de son voyage dans l'espoir que les preuves de sa présence sur le sol grec l'empêcheraient d'être renvoyé en Turquie.

Il faisait encore nuit lorsque les trois bateaux ont débarqué à la pointe sud-est de Lesbos, appelée Kratigos, le 29 novembre.

Les nouveaux arrivants se sont rassemblés dans une forêt non loin de là et ont attendu l'aube, envoyant des photos et leur position GPS à Aegean Boat Report, une ONG norvégienne qui surveille les flux migratoires dans la région.

 Plus tard dans la journée, l'universitaire grec Kostas Theodorou faisait du vélo dans la zone avec sa femme lorsqu'ils sont tombés sur deux femmes qui prétendaient être des migrantes qui venaient d'arriver sur l'île quelques heures plus tôt.

Les femmes ont déclaré qu'elles étaient toutes deux chrétiennes, enceintes et qu'elles n'avaient pas mangé depuis trois jours.

 "Elles ont dit qu'elles voulaient aller à l'hôpital ou au camp de migrants. Ma femme est partie chercher de l'argent pour que nous puissions les mettre dans un taxi", a déclaré M. Theodorou, professeur assistant à l'Université de la mer Égée. Mais lorsqu'il a suggéré d'appeler la police, les femmes ont craint que leur passage en Europe ne s'achève brutalement.

Les groupes de migrants ont alors quitté la forêt et se sont dirigés vers le nord, prenant d'autres photos des endroits qu'ils ont traversés. Aegean Boat Report a publié leurs déplacements sur Facebook et a contacté les autorités grecques.

La BBC a vérifié de manière indépendante les éléments fournis par des migrants et plusieurs endroits où ils se promenaient dans le sud de Lesbos.
 Jeancy Kimbenga et les autres ont été accueillis par une équipe d'officiers des garde-côtes helléniques (HCG) et mis dans un bus. On leur a dit qu'ils seraient emmenés dans un camp spécial de quarantaine en raison de la pandémie de Covid-19. Au moins deux plaques d'immatriculation des gardes-côtes et un officier sont visibles dans les images que la BBC s'est procuré sur les lieux.

Le bus a roulé pendant deux heures vers le nord de l'île et s'est arrêté dans un petit port où des hommes cagoulés attendaient. L'adolescent a enregistré une vidéo sur son portable à l'intérieur du bus.

"Ils se sont habillés en ninja[s], ils veulent nous faire monter à bord d'un bateau et nous renvoyer en Turquie", dit-il.

Le garçon affirme que les officiers grecs ont ensuite pris le téléphone de tout le monde, les ont violemment battus et les ont forcés à monter sur "un grand bateau des garde-côtes avec quelque chose comme un canon à l'avant" qui les a emmenés en mer.

Là, ils ont été forcés à monter dans des radeaux de sauvetage et ont été laissés à la dérive vers les eaux territoriales turques, ajoute -t-il.

Jeancy affirme qu'il a été profondément traumatisé.

On ne sait pas exactement pourquoi, mais seuls deux des trois groupes arrivés à Lesbos ce dimanche matin ont été renvoyés.

 Quelques heures plus tard, à 2 h 40 le 30 novembre, les garde-côtes turcs ont récupéré 13 migrants dans un radeau de sauvetage, au large du cap Kadirga, au nord de Lesbos.

On peut reconnaître la femme au pull rouge, qui a rencontré Kostas Theodorou et son épouse, en train de descendre du bateau, sur une photo publiée par les garde-côtes turcs. Jeancy dit qu'il était lui aussi sur ce bateau.

Moins de trois heures plus tard, un deuxième radeau avec 18 migrants a été secouru dans la même zone. On peut voir un homme avec un dessin fluorescent sur son pull, qui avait été photographié dans la forêt de Lesbos le matin précédent, en train de quitter le bateau des garde-côtes turcs.

 Des dizaines d'incidents similaires ont été signalés ces derniers mois et l'ONG Aegean Boat Report affirme que depuis le début de l'année, les autorités grecques ont effectué près de 300 refoulements. La Turquie accuse son voisin d'avoir également adopté cette pratique.

BBC

Mardi 15 Décembre 2020 - 11:13


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter