Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les syndicats de La Poste dénoncent une gestion nébuleuse de Bibi Baldé



Les syndicats de La Poste dénoncent une gestion nébuleuse de Bibi Baldé
Abdoulaye Bibi Baldé va tuer la Poste sénégalaise, si l'on en croit aux syndicats de la boîte. En tout cas sa gestion, en plus d’être qualifiée de « nébuleuse », est jugée « ni sobre, ni vertueuse » par le Syndicat National des Travailleurs des Postes et Télécommunications (SNTPT) avec à sa tête son secrétaire général Ibrahima Sarr. Ce dernier, entouré de son staff, a, au cours d’un point de presse, mis à nu les pratiques peu orthodoxes du directeur général de La Poste, Abdoulaye Baldé.

Les syndicalistes dénoncent l’adoption d’un nouvel organigramme avec 42 postes ayant rang de directeur (plus que la taille du gouvernement !) et 7 postes d’assistants du DG ayant rang de chef de département avec avantages « indus » en nature et en numéraires, sans compter le nombre important de conseillers techniques, l’installation d’un cabinet « ministériel » pour caser une clientèle politique, à l’exclusion de tous les postiers.

Il y a aussi la signature de contrats de prestataires de service au profit de ses partisans politiques avec des salaires indécents (le premier adjoint au maire de Kolda perçoit 590.000 FCFA/mois et bénéficie d’une dotation en carburant de 322 litres/mois estimés à 250.000 FCFA soit un montant total de 840.000 FCFA/mois sans aucune contrepartie pour La Poste).

Selon les syndicalistes de la SNTPT, Bibi Baldé a nommé un conseiller technique du ministère du Commerce qui cumule le poste de responsable de la communication et des relations publiques de La Poste (comme s’il n’y avait pas suffisamment de journalistes et de professionnels de la com dans ce pays !) avec rang de directeur et un budget global de plus de 600 millions. Non, vous ne rêvez pas !

L’image de Bibi Baldé doit être plus précieuse et plus chère à gérer que celle du président de la République ! Le comble, c’est que ce responsable de la communication et des RP soumissionne et gagne des marchés. Du moins, selon les syndicalistes du Sntpt. En outre, il assiste à l’octroi de marchés dans différents domaines au beau-frère du DG sous le couvert de GKS dont la somme des montants attribués se chiffre à 96.320.000 FCFA entre octobre 2019 et 2020. Telles sont entre autres les pratiques peu orthodoxes que les syndicalistes de la Poste ont relevé dans la gestion du Directeur général, Abdoulaye Baldé. Mais puisqu’il est un responsable de l’APR…

Autres griefs soulevés par Ibrahima Sarr et ses camarades, l’octroi de subventions « exagérées » (entre 1 million et 5 millions) à des associations généralement basées dans la zone politique de Bibi et dont l’existence juridique est douteuse ; des marchés de prestation de services intellectuels non nécessaires et parfois fictifs (paiement intégral d’un montant de plus de 25 millions au cabinet Impaxis pour la titrisation des créances sur la DGPSN (Délégation Générale à la Protection sociale et à la Solidarité Nationale) sans que les services soient effectués.

Il y également le recrutement d’un cabinet pour accompagner La Poste à trouver des partenaires stratégiques ; la démolition/reconstruction inopportune des carreaux du hall de la direction générale pour 22 millions ; la construction de nouveaux bureaux à la direction générale pour un montant global de plus de 100 millions ; l’utilisation des moyens logistiques de La Poste à des fins personnelles et politiques pour ses multiples déplacements dans son fief politique, entravant gravement les besoins d’exploitation et occasionnant des charges indues en indemnités de déplacement (pour sa cour politique) et en carburant ainsi que leur prise en charge dans les réceptifs hôteliers.

Bref, à en croire ces syndicalistes, le roi Bibi serait tout simplement en train de faire du « nguuru » au sein de la société nationale La Poste dont la situation financière n’est pourtant pas reluisante, rappelle Le Témoin.

AYOBA FAYE

Mercredi 9 Juin 2021 - 09:33


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter