Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Lutte contre le Covid-19 : la quarantaine, une mesure source de tensions en Europe

Alors que l’épidémie de Covid-19 repart à la hausse en Europe, de plus en plus de pays imposent des mesures de quarantaine aux voyageurs revenant de destinations jugées à risque au sein de l’UE. Une mesure préventive impopulaire qui génère des tensions.



Des zones rouges qui ne cessent de s'élargir. Alors que l’Europe fait face à une résurgence de l’épidémie de Covid-19, plusieurs pays ont décidé de réimposer des mesures de quarantaine au sein de l’Union Européenne. Ainsi, depuis le 15 août, tous les voyageurs en provenance de France souhaitant entrer au Royaume-Uni sont assignés à résidence pour une période de 14 jours. L’Allemagne a emboîté le pas aux Britanniques en ajoutant l’Espagne à sa liste de zones à risque. Depuis peu, la Norvège, l’Autriche ou bien encore la Belgique imposent, eux aussi, des quarantaines aux voyageurs débarquant de certains pays européens. Petit à petit, un contrôle draconien aux frontières semble s’imposer en Europe comme une mesure indispensable. Pourtant, un débat perdure quant à l’efficacité réelle de ce type de quarantaines et de la complexité logistique qu’elle génère.
 
Une mesure sanitaire efficace ?
 
Au même titre que le dépistage ou le port du masque, la quarantaine fait partie des mesures préventives recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour freiner la pandémie de Covid-19. Selon l’OMS, son rôle est double puisqu’elle peut permettre "d’empêcher l’introduction de la maladie dans de nouvelles régions" mais aussi de "réduire la transmission interhumaine dans les régions où le COVID-19 circule déjà". Alors que le virus sévit activement dans la plupart des pays européens, les pouvoirs publics misent grandement sur cette mesure pour endiguer la vague épidémique.
 
"Il existe deux modes de transmission du coronavirus, respiratoire et par contact. L’isolation réduit forcément les risques et est donc indéniablement efficace", affirme Marc Gastellu-Etchegorry, médecin épidemiologiste à Épicentre Médecin Sans Frontières, interviewé par France 24. "Pour autant, les mesures de quarantaine sont appliquées en corrélation avec d’autres mesures préventives, telles que les règles de distanciation sociale et le port du masque, et il existe à l’heure actuelle peu d’éléments de preuve permettant d’évaluer son efficacité individuelle".
 
Un point de vue partagé par Jan-Cédric Hansen, médecin membre de la Société Française de Médecine de catastrophe : "Si on prend l’exemple de la grippe, vacciner massivement la population n’empêche pas les cas de grippe individuels. Mais ça permet d’éviter une flambée de l’épidémie. Il en va de même avec les quarantaines ; utilisées à bon escient, elles ont un effet indéniable sur la situation épidémique globale".
 
Une mesure impopulaire qui génère des problèmes logistiques
 
La quarantaine est donc un outil efficace de lutte contre le Covid-19. Reste que son application peut être extrêmement contraignante. La plupart des pays ne prennent pas en charge les voyageurs et leur imposent simplement de s’auto-isoler pour une période de 14 jours à l’endroit où ils ont prévu de séjourner. C’est le cas, pour les voyageurs arrivant de zones considérées à risque par le Royaume-Uni, qui doivent fournir des informations quant à leur lieu de résidence et respecter la quarantaine sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 3 200 pounds (plus de 3 500 euros). Pendant 14 jours, ces voyageurs n’ont pas le droit de recevoir des amis, de la famille ni de faire des courses, sauf en cas d’extrême nécessité.
 
Une mesure extrêmement restrictive donc, souvent perçue d’un mauvais œil par la population. Or cet aspect représente un frein majeur à son efficacité, selon Jan-Cédric Hansen "L’expérience montre que, en termes de mesures sanitaires, l’adhésion est bien plus importante que la peur de sanctions. Si on veut obtenir une efficacité, il faut expliquer la complexité de la situation à l’ensemble de la population. Un grand effort de pédagogie est essentiel". Une pédagogie qui semble avoir manqué lors de l’annonce de la quarantaine imposée par le gouvernement britannique le 13 août et qui avait entraînée un grand nombre de retours précipités vers le Royaume-Uni malgré les mises en garde.
 
Pourquoi le Royaume-Uni impose-t-il des mesures aussi restrictives à la France, pays pourtant moins touché par l’épidémie de Covid-19 ? "On pourrait considérer que la décision britannique est basée sur un calcul statistique", suggère Marc Gastellu-Etchegorry. "L’Angleterre imposerait une quarantaine car elle anticipe une flambée de cas en France. Mais en réalité, l’effet de cette quarantaine vis-à-vis d’un pays aussi touché est minime. Il semble évident qu’elle n’est pas motivée par des raisons sanitaires", conclut-il.
 
Cette décision intervient alors que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, fait face à des accusations de négligence dans la gestion de la crise sanitaire.
 
En tout état de cause, piquée au vif, la France, par la voix de son secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a affirmé regretter cette décision qui "entraînera une mesure de réciprocité".

France24

Vendredi 21 Août 2020 - 11:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter