Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Madagascar, au bout de l'espoir

C'est l'une des catastrophes les moins médiatisées au monde. À Madagascar, 1,5 million de personnes sont frappées par une grave crise alimentaire et ont besoin d'une aide d'urgence. Plusieurs dizaines de personnes sont déjà mortes de faim. En cause, la sécheresse sans précédent qui s'est abattue sur le sud de l'île ces dernières années et a détruit la quasi-totalité des cultures. Alors que le Programme alimentaire mondial demande une aide d'urgence de 62,45 millions d'euros, notre correspondante Gaëlle Borgia s’est rendue dans la région d'Anosy, la plus durement frappée par la crise.



À Madagascar, depuis six mois, hommes, femmes, personnes âgées et enfants meurent de faim dans l'indifférence générale. Des villages reculés de l'extrême sud, difficilement accessibles, sont devenus des mouroirs. Les images d'enfants squelettiques sont choquantes.
 
Selon le Programme alimentaire mondial (Pam), 1,5 million de Malgaches ont actuellement besoin d'une aide alimentaire d'urgence, sans quoi ils ne survivront pas. En cause : une sécheresse inédite et galopante, due au dérèglement climatique mondial.
 
Pluies inexistantes
 
Ces dernières années, les pluies se sont faites de plus en plus rares dans le sud du pays, voire sont devenues inexistantes, à tel point que la quasi-totalité des cultures de la région ont été détruites et les terres sont devenues infertiles. La majorité des habitants dépend pourtant de l'agriculture pour survivre.
 
Tandis que le gouvernement malgache refuse toujours de déclarer l'état d'urgence, le Pam a demandé 62,45 millions d'euros aux pays donateurs pour sauver les populations de la famine.
 
Dans ce reportage, nous nous sommes employés à faire témoigner ces victimes de la faim et à expliquer les causes multiples de cette catastrophe : entre criminalité, corruption, pauvreté et politique, les crises alimentaires malgaches sont récurrentes et complexes. Selon l'ONG Care, elles font partie des dix crises les moins médiatisées au monde.
 
Villages mouroirs
 
Le tournage s’est principalement déroulé dans la région d’Anosy, à l’extrême sud de Madagascar, une des zones les plus reculées et les plus dangereuses de l’île.
 
Le chauffeur qui nous a accompagnés, ainsi que le gérant de la société de location de véhicules par laquelle nous sommes passées, craignaient pour notre sécurité, car le district d’Amboasary Atsimo, où nous nous sommes rendus, est régulièrement le théâtre d’attaques de Dahalo, ces bandits ruraux qui font des razzias dans les villages et tuent.
 
Nous avons eu l’impression de tourner dans des villages mouroirs, où les rares personnes visibles attendent l’aide alimentaire pour survivre, en se cachant des Dahalo, tandis que la majorité a déserté cette zone dévastée par la sécheresse.
 
La situation est si dramatique que nous avons transporté de grosses quantités de riz, d'huile et de sel à l’attention des habitants des villages où nous avons tourné.
 
Le sourire des enfants, nos larmes sur le tournage
 
La plupart des enfants, adolescents et personnes âgées que nous avons rencontrés n’avaient plus que la peau sur les os et semblaient anesthésiés, sidérés par la faim. Parce qu'ils sont plus vulnérables que les adultes, ce sont eux qui dépérissent en premier.
 
Nous avons eu l’impression, au milieu de ces silhouettes squelettiques et silencieuses, de nous trouver dans des villages de zombies errants. Mais dès lors que le Programme alimentaire distribuait les fameux petits sachets de farine enrichie appelés "Plumpy'Doz", le sourire et l’énergie des enfants revenaient aussitôt. Le changement soudain était assez frappant. "Plumpy, Plumpy !" est devenu leur cri de joie préféré.
 
Il est rare de pleurer sur un tournage. Cette fois, nous avons versé des larmes.

France24

Vendredi 14 Mai 2021 - 13:45


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter