"Malheureusement, le Sénégal a choisi de rompre l'équilibre", (Israélien)



"Malheureusement, le Sénégal a choisi de rompre l'équilibre", (Israélien)
Joint par la Rfm, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Israélien, se prononce sur la «mésentente» née de la résolution qui exhorte Israël à arrêter immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est.

«Nous souhaitons négocier avec les Palestiniens, nous souhaitons arriver à la paix avec les Palestiniens. Mais nous savons très bien que la paix passe d’abord par un compromis territorial concernant les territoires en question. Nous savons aussi que la seule manière d’arriver à la paix, c’est par le biais de négociations bilatérales, de négociations directes avec les Palestiniens et pas par le biais d’une pression internationale. Au contraire, une pression internationale telle que cette résolution du conseil de sécurité nous éloigne de la paix», tranche Emmanuel Nahshon.

Poursuivant, il indique que «le statut de territoire en question n’a jamais été déterminé juridiquement car ce sont des territoires détenus par la Jordanie avant la guerre des six (6) jours».
 
 «Et, nous avons fait savoir aux Palestiniens de manière très claire que les colonies Israéliennes ne sont pas un obstacle à la paix. Nous l’avons d’ailleurs démontré à maintes reprises. Lors de l’accord de paix avec l’Egypte, nous avons démantelé toutes les colonies israéliennes qui se trouvaient dans la péninsule du Sinaï qui est un territoire qui a été donné à l’Egypte. Nous l’avons aussi montré en 2005 lorsque nous avons quitté la bande de Gaza et que nous avons démantelé toutes les colonies israéliennes», rappelle-t-il.

Considérant qu’«Israël a démontré, à plusieurs reprises, sa bonne foi», le ministre des Affaires étrangères déclare que «le Sénégal, contrairement aux grandes puissances, a choisi de sponsoriser cette pétition. Le Sénégal et quatre (4) autres pays comme la Nouvelle-Zélande, le Venezuela et la Malaisie, ont choisi de présenter cette résolution, donc ils ont joué un rôle qui est très actif dans ce domaine qui va au-delà des rôles joués par les autres pays».
 
Emmanuel Nahshon qui soutient que «ces pays sont souverains», ne manque toutefois pas de souligner qu’«(ils ne peuvent) pas accepter une situation où il y a de très bonnes relations bilatérales».

«Mais d’un autre côté, nous avons le sentiment qu’il y a une certaine hostilité au niveau des organisations internationales», analyse-t-il.

Selon ce dernier, «il ne s’agit en aucun cas de dicter au Sénégal quelle est la conduite que ce pays doit suivre». Car «c’est un pays (le Sénégal) que nous admirons d’ailleurs et c’est la raison pour laquelle nous sommes très déçus qu’il ait choisi de promouvoir cette motion qui est anti-israélienne», assure-t-il.

Considérant cependant que «la coopération est un élément essentiel des bonnes relations entre le Sénégal et Israël», Emmanuel Nahshon trouve «inacceptable que cette coopération continue comme si de rien était».

«Parce qu’on ne peut pas faire deux poids, deux mesures, si le Sénégal a choisi de prendre une décision et de soutenir une décision qui est contre Israël, à ce moment-là, c’est quelque chose que nous aussi devons prendre en compte lorsque nous pensons à des relations bilatérales», sert le porte-parole.  

Et de confier «qu’il ne s’agit en aucun cas de faire pâtir le Sénégal, de faire souffrir quiconque au Sénégal» mais «de faire, simplement, passer un message fort disant : «Qu’on ne peut pas continuer comme si de rien n’était. Ça, on ne peut pas l’accepter».

Pour le moment, soutient Emmanuel Nahshon: «Tous les projets en commun avec le Sénégal, concernant l’agriculture et de la lutte contre la pauvreté, ont été arrêtés».
«C’est un projet dans lequel Israël a investi financièrement et nous avons décidé de l’arrêter pour l’instant parce qu’il est le symbole de très bonnes relations entre nos deux pays. Et malheureusement, le Sénégal a choisi de rompre cet équilibre en soutenant la résolution anti-israélienne», affirme le porte-parole. 


Mardi 27 Décembre 2016 - 11:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter