Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mali: sanctions après une vidéo dénonçant l’insécurité de l'aéroport de Bamako

​Une vidéo amateur, tournée dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, par un passager d'un vol Air Mauritanie, en provenance de Brazzaville, montre l'aéroport de la capitale malienne totalement vide. Cette absence de contrôles dans un pays fragilisé par la guerre a suscité l'indignation.



Pas un policier en vue dans cette vidéo tournée par un passager anonyme. Tout juste arrivé à l'aéroport de Bamako, celui-ci montre des box d'enregistrement complètement vides. « Voilà, il n'y a pas de police », commente l'homme. « On est obligés de passer, il n'y a personne », conclut-il avant de se diriger vers la sortie.

La police aux frontières a donné des explications sur ce raté dès le lendemain. Dans un communiqué, son directeur explique que le vol en question était très en avance : au lieu d'arriver à 01h20 à Bamako comme prévu, les passagers ont débarqué peu après minuit sans que les policiers ne s'en rendent compte.

Un agent de l'aéroport a alors pris l'initiative d'ouvrir les portes d'accès à la zone internationale de l'aéroport qui étaient fermées, sans en référer à la police et « en violation » de la procédure de sécurité habituelle.

Ce week-end, la direction générale de la police malienne a également fait part de sa stupéfaction face à cet incident. Ses responsables indiquent que « des mesures disciplinaires ont été prises à l'encontre de tous les agents » en poste ce soir-là.

Par ailleurs, le ministre de la Sécurité et le ministre des Transports se sont rendus sur place dès vendredi pour « faire le point sur la situation ». La police nationale tient à « rassurer l'opinion » et promet « des dispositions supplémentaires (...) pour qu'un tel incident ne se reproduise plus ».

rfi.fr

Lundi 11 Novembre 2019 - 14:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter