Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mond’actu : « Pour lutter contre le terrorisme » : Barkhane attise les conflits entre Peuhls et Touaregs

Depuis un certain moment, on assiste au nord-est du Mali à des affrontements meurtriers récurrents entre Peulhs et Touaregs. Des informations officielles émanant du Gouverneur de la toute nouvelle région de Ménaka, indiquent que ces attaques seraient l’œuvre de « Peulhs à motos », accusés de faire partie de l’Etat islamique, qui auraient agi en guise de représailles suite à des opérations meurtrières de deux groupes armés, le Mouvement du Salut de l’Azawad (MSA) et le Groupe d’Autodéfense Touareg Imghads et Alliés (GATIA).



Mond’actu : « Pour lutter contre le terrorisme » : Barkhane attise les conflits entre Peuhls et Touaregs
Or, il n’est un secret pour personne que ces deux mouvements armés  touaregs sont soutenus par la mission Barkhane. Aussi, le GATIA est  couramment désigné par les médias et les officiels français comme le supplétif de l’armée malienne. Pour quel intérêt  les autorités maliennes et la mission Barkhane soutiennent-elles  des mouvements armés ethniques, d’obédience touarègue  contre un autre mouvement armé ethnique d’obédience peuhle, fut-il considéré à tort ou à raison comme faisant partie d’un groupe terroriste appelé Etat Islamique ?
 
L’opération Barkhane, créée à la suite de Serval, a normalement pour mission officielle de lutter dans l’espace sahélo-saharienne, en compagnie des armées régulières, contre le terrorisme international. Mais lorsque Barkhane s’associe à des groupes armés ethniques contre d’autres, à partir d’un simple et dangereux  amalgame que  les composantes  ethniques  de ce groupe armé seraient toutes des terroristes, pour attiser la haine interethnique, il y a lieu de  s’inquiéter vivement. Surtout lorsque cette logique destructrice est hélas, apparemment partagée par les autorités maliennes  qui, au lieu de dénoncer l’attitude de la mission militaire française,  s’y accommodent.  A l’effet de considérer  qu’elles contribuent à attiser  la haine ethnique entre Touaregs et Peulhs.
 
En Syrie, l’armée française, dans le cadre de la coalition internationale, intervient à la fois contre l’Etat souverain et semble-t-il, contre les mouvements « djihadistes ». Dont paradoxalement, certains sont ouvertement soutenus militairement et financièrement par cette même coalition internationale, pour permettre la chute du régime de Bachar Al Assad. L’attitude  de Barkhane au nord-est du Mali  serait-elle dans la même logique de stratégie politique adoptée  par la France en Syrie, une stratégie qui viserait visiblement à diviser pour régner ?
 
La mission de l’opération Barkhane, a normalement le devoir de lutter contre le terrorisme au Sahel, avec l’appui des armées régulières. Elle n’a pas vocation à nouer un partenariat militaire avec un quelconque groupe militaire pour traquer le terrorisme international. Or  malheureusement  au nord-est du Mali, elle  a choisi de s’allier, au vu et au su de tous,  avec le MSA. Un mouvement armé  dont le secrétaire général s’est récemment vanté, lors d’une interview à « Jeune Afrique », que ses éléments armés patrouillent  avec les forces françaises, pour traquer les terroristes.
 
Une attitude très compromettante pour la recherche de la paix et de la réconciliation au nord du Mali et qui s’oppose aux termes de l’Accord  entre le gouvernement et la rébellion touarègue issue du processus d’Alger.  Car, tant que les forces françaises et maliennes n’affichent pas la neutralité et la fermeté entre les groupes ethniques et/ou communautaires, dans l’accomplissement des missions à elles confiées, il n’y aura jamais de trêve dans les affrontements au nord-est du Mali. Le cycle d’attaques/représailles  va hélas continuer !

Malijet.com

Vendredi 4 Mai 2018 - 12:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter