Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Moussa Tine: « Si chaque parti politique faisait recours à des nervis, on irait vers une guerre civile»



Le leader du parti politique, Alliance démocratique Penco, Moussa Tine, s'est exprimé sur la présence des nervis dans le cortège de Macky Sall lors de sa tournée économique au nord du Sénégal. Il estime que si chaque parti politique faisait recours à des nervis, on irait systématiquement vers une guerre civile, avant d'appeler à la «mise en place d'une commission d'enquête parlementaire».

« Les images que nous avons vues circuler sur les réseaux sociaux sont indignes de notre démocratie. Cela est inacceptable. Si chaque parti politique faisait recours à des nervis on irait systématiquement vers une guerre civile», a mis en garde l'opposant.

Il a rappelé sur la RFM que tous les pays où on a vu de telles pratiques, on finit vers la guerre civile. Et le Sénégal, selon lui n'est pas une exception. « Il faut qu'on fasse attention. Et c'est le rôle de l'Assemblée nationale d'abord « d'assurer l'unité nationale, mais aussi de faire en sorte que le fondement de l'État de droit soit respecté par le parti au pouvoir».

Moussa Tine a appelé les députés de l'Assemblée nationale à se saisir de la question en s'adressant une question orale au ministre qui devra venir répondre (...).  Au delà de cette question, il leur demande "d'ouvrir une commission d'enquête parlementaire pour savoir les tenants et les aboutissants de tout cela".

« Nous  allons vers trois élections au Sénégal. Les locales, les législatives et la présidentielle. Ca veut dire que si on ne fait pas attention, nous allons vers une période de tension qui peut secouer tous les fondements de notre état et de notre République», a-t-il averti.

Salif SAKHANOKHO

Dimanche 20 Juin 2021 - 13:21


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter