Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



New York: appel au respect pour les obsèques du 2e policier assassiné

Les obsèques de Wenjian Liu, le deuxième policier assassiné à Brooklyn le mois dernier, ont lieu ce dimanche à New York. Le chef de la police a demandé à ses troupes de ne pas répéter le manque de respect dont certains avaient fait preuve à l’égard du maire de la ville lors du service honorant l’autre victime de l’attaque du 20 décembre, Rafael Ramos.



Le maire de New York, Bill de Blasio (à gauche), a fait une apparition aux côtés du chef de la police, Bill Bratton, à la veillée funéraire de Wenjian Liu, le deuxième policier assassiné le 20 décembre 2014. REUTERS/Carlo Allegri
Le maire de New York, Bill de Blasio (à gauche), a fait une apparition aux côtés du chef de la police, Bill Bratton, à la veillée funéraire de Wenjian Liu, le deuxième policier assassiné le 20 décembre 2014. REUTERS/Carlo Allegri

En dépit de sa grande taille, le maire de New York, Bill de Blasio, s’est fait tout petit lorsqu’il a effectué une brève visite à la veillée mortuaire de Wenjian Liu, qui a précédé les obsèques de ce dimanche. La presse avait été tenue à l’écart pour éviter toute scène embarrassante avec les policiers. Mais cette fois, ceux-ci ont salué le maire à son arrivée.

Leur chef, Bill Bratton, voulait éviter un nouveau manque de respect à l’égard de Bill de Blasio, à qui certains policiers avaient tourné le dos lorsqu’il avait prononcé l’éloge funèbre de Rafael Ramos la semaine dernière. Il avait donc rappelé à ses troupes, sans les menacer de mesures disciplinaires, qu’elles étaient liées « par la tradition, l’honneur et la décence qui vont avec leur uniforme ».

Mais les 34.000 policiers new-yorkais, ne sont pas encore prêts à la réconciliation avec leur maire qui, selon certains, ne les soutient pas. Face à l’hostilité dont ils ont l’impression d’être l’objet, ils ont trouvé une forme originale de protestation : celle des bras croisés. Le nombre des arrestations et des amendes a diminué ces dernières semaines de 90%. Il n’y a plus à New York que des gentils policiers.


Rfi.fr

Dimanche 4 Janvier 2015 - 10:42