Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Prolongation Présidentielle de 2019 à la Cour de la Cedeao: Ansoumana Dione cherche 3 millions pour invalider la victoire de Macky Sall



Prolongation Présidentielle de 2019 à la Cour de la Cedeao: Ansoumana Dione cherche 3 millions pour invalider la victoire de Macky Sall
L'Etat du Sénégal est cité à comparaître devant la Cour de Justice de la CEDEAO, le 02 mars 2020 à 10 heures, suite à la requête introduite par les avocats d'Ansoumana DIONE afin d'invalider la Présidentielle de 2019. Ainsi,  pour prendre part à ce procès historique, le Président de l'Association Sénégalaise pour le Suivi et l'Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), cherche trois  (3)  millions de francs CFA, représentant les frais de voyage, pour lui et son Avocat Maître Serigne DIONGUE. 

Optimiste dans sa démarche,  M. Dione estime que "Vu l'importance de cette audience à l'issue de laquelle, l'élection Présidentielle de 2019 sera annulée, en cas de victoire, face à l'Etat du Sénégal",  Ansoumana Dione appelle à une mobilisation citoyenne, pour rassembler trois millions de francs CFA, pour pouvoir effectuer ce voyage au Nigeria. A Abuja, il sera question de juger l'Etat du Sénégal, pour violation des droits de tout un peuple, avec la participation du Président Macky SALL au parrainage.

Pour rappel, après une première requête au niveau du Conseil Constitutionnel pour invalider la loi sur le parrainage, le leader de Jammu Askan wi a décidé de franchir un autre seuil avec la saisine de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour cette fois-ci annuler la candidature de Macky Sall.

Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, M. Dione étalait ses griefs contre le Président Sall : «avec l’enrôlement illégal et arbitraire du chef de l’Etat au parrainage, le premier tour du scrutin prévu le dimanche 24 février prochain, a été anticipé, en violation des droits des citoyens. En vérité, cette loi a été votée pour permettre au régime actuel, de pouvoir voler facilement l’élection présidentielle de 2019, comme il est en train de le réussir, si l’on y prend garde. D’où l’urgence pour la Cour de justice de la CEDEAO de prendre ses responsabilités, pour la paix et la stabilité du Sénégal et de notre Sous-région.»

Fana CiSSE

Vendredi 7 Février 2020 - 10:22


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter