Publication des listes – Législatives: l’AFP n’est pas contente – «Omerta organisée, pas d’équité ni transparence»



Publication des listes – Législatives: l’AFP n’est pas contente – «Omerta organisée, pas d’équité ni transparence»
Le Comité électoral national de l'Alliance des Forces de Progrès (AFP) s’est réuni ce samedi 10 juin 2017, suite à la publication des listes des candidats investis de la Coalition BBY en vue des législatives du 30 juillet prochain. Après examen de ces listes, les progressistes relèvent et déplorent «la rupture de la chaîne de concertation, au moment de la phase finale».

Regrettant «avec la plus grande fermeté le procédé utilisé, lors du dépôt des listes, avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié constant et crédible qui, dès le 10 mars 2014, a décidé, souverainement, de soutenir le Président Macky Sall, si les données restaient en l’état», ladite partie exprime «sa désapprobation, sans équivoque, par rapport aux résultats de ces investitures qui ne répondent pas aux principes d’équité et de transparence».
 
Le Comité électoral national qui «condamne, avec la plus grande énergie, la décision inique qui a entouré cette procédure, qui s’est effectuée sans concertation, au moment du dépôt des listes, soutient qu’ «il est difficilement compréhensible qu'un candidat, unanimement désigné par l'ensemble des composantes de BBY, comme par exemple à Malem Hodar en la personne du député sortant Cheikh Ndiaye, soit remplacé au dernier moment par un candidat d'un autre parti, décision qui n'a fait l'objet d'aucune consultation». Pis, «bien d’autres cas ont été identifiés», fulmine l’allié dans le cadre de la mouvance présidentielle, Benno Bokk Yakaar (BBY).
 
«Le Comité électoral national sait bien que le Secrétaire général de l'AFP, le Président Moustapha Niasse, ne saurait se satisfaire  d’un traitement dont il bénéficierait, si celui-ci n'est pas  applicable à son parti, l'Alliance des Forces de Progrès», lit-on dans le communiqué parvenu à PressAfrik.
 
«Il ressort de cette analyse que rien ni personne ne peut faire perdre à l'AFP son identité. Sous l’éclairage des considérations contenues dans la présente déclaration, l’AFP réaffirme sa volonté de poursuivre les idéaux qui sont à l’origine de sa création et de son fonctionnement, au service du Sénégal, de la paix et de l’unité nationale. Dans cet esprit, les principes intangibles de respect mutuel, entre partenaires, restent sacrés pour l’AFP. Les instances compétentes poursuivront la réflexion engagée, à partir de ce jour, pour gérer cette situation avec la rigueur qui caractérise le Parti, en toutes circonstances», poursuit le document.

Ça promet. 


Samedi 10 Juin 2017 - 22:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter