Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Quand le Président Macky Sall affirmait qu’il ne traduirait jamais un journaliste sénégalais devant la justice



Quand le Président Macky Sall affirmait qu’il ne traduirait jamais un journaliste sénégalais devant la justice
Lors du Forum de Paris sur la paix le 12 novembre 2018,  le président Macky Sall avait réaffirmé qu’il ne traduirait aucun journaliste sénégalais devant la justice tant qu’il est à la tête de l’Etat.

"J’ai fait une déclaration en disant que tant que je serai président, je n’enverrai jamais un journaliste devant la justice ; au mieux, je pourrai saisir le tribunal des pairs pour laisser les collègues juger leur confrère", avait dit le chef de l’Etat.

Macky Sall qui s’exprimait lors d’une rencontre initiée par l’ONG internationale Reporters sans frontières (RSF), en marge de la célébration du centenaire de l’Armistice marquant la fin de la première guerre mondiale avait rappelé qu’il n’y avait "aucun journaliste emprisonné, ni même interpellé" au Sénégal, depuis son élection.

Dans des propos rapportés par le quotidien national « Le Soleil », le chef de l’Etat  a fait savoir que "le droit à l’information, la liberté de la presse n’est pas seulement l’apanage des pays développés. En Afrique également, estime le président Sall, il y a une volonté de plus en plus affirmée d’assurer la protection des journalistes et de créer les conditions d’un exercice libre de cette profession".

Lundi tôt dans la matinée, le journaliste  sénégalais Adama Gaye, connu pour ses écrits virulents contre le régime du président de Macky Sall, a été arrêté à son domicile sis à l'Immeuble Kébé au Plateau, dans le centre ville de Dakar. Cette interpellation intervient après une rencontre avec Me Abdoulaye Wade, l'ex-président sénégalais.

Il est reproché au journaliste d’avoir diffusé des « écrits contraires aux bonnes mœurs ». Mais aussi « offense au chef de l'Etat », selon son avocat, Me Khouraïchi Ba. 

Face au procureur ce mardi, Adama Gaye risque l'instruction pour procéder à la mise en examen et à l'information de ce dossier, renseigne sa défense, ce qui suppose « beaucoup plus de temps et certainement une privation de liberté beaucoup plus longue ». 

Salif SAKHANOKHO

Mardi 30 Juillet 2019 - 10:53




1.Posté par 12/02/1977 diagne Y1248995v le 30/07/2019 11:30
Cela ne veut pas dire que vous pouvez dire ce que vous voulez .ce quui est grave c est gens la ne sont pas des journaliste .sont de dulnaliste des corompus c est tres bien que cette racaille termine ces jours en prison

2.Posté par kaw le 30/07/2019 12:51
Le problème est que Adama Gaye n'a pas été arrêté pour ses écrits en tant que journaliste. Il a traité la première institution du pays de "pute" C'est comme Bounama Faty d'Allo Dakar qui avait été arrêté mais pour chantage et extorision de fonds. Aucun journaliste sénégalais n'est en prison pour des écrits publiés dans son journal ou des paroles tenues à la radio ou télé. Votre article est sans objet. Je suis désolé et Pressafrik nous avait habitué à plus de professionnalisme.

3.Posté par Dilaté le 30/07/2019 13:02
Adam gaye est il journaliste et négociant en pétrole et autres
Ce qu'il a écrit contre le chef de l'état mérite cette arrestation
Même vous pressafrik le fait de reprendre ces écrits vous devrez être poursuivis
Au Sénégal nous avons des valeurs

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter